Viens mon enfant, fuyons. Sur ces routes du monde nous t’emmenons.

Viens mon enfant, fuyons. Sur ces routes du monde, nous t’emmenons. Égoïstes et inconscients, paraît-il. Que pouvions-nous faire d’autre ? Te livrer à cette société moribonde. Ne pas te voir grandir, t’épanouir ? Sur les routes nous oublions tout. Des états d’urgences aux politiques vendus. Sur les routes nous construisons tout. Notre pensée se façonne. Nous fuyons mais imaginons l’avenir. Ton avenir. Notre avenir. Plus sereinement.

Un autre monde est possible. Une autre façon de vivre s’impose. Loin des consommations, des éphémères et de ces gouffres de débilité. Tout cela se crée au jour le jour dans notre fuite. Nécessaire et utile. Et ton sourire à te glisser naturellement et naïvement dans ces cultures et toutes ces couleurs de peau. Naïvement ? Pas forcément. Peut-être il y a autre chose que l’affrontement. Tout cela tu l’as en toi. Tu portes notre volonté de changement. D’être de meilleures personnes loin des bien-pensances. Avec toi, mon enfant, nous faisons des bons en avant. Par et pour toi.

Fuyons pour aller de l’avant. Cela s’impose. Cette société nous rendait aigris. Vivants mais morts. Laissons leur les petites phrases et leurs élections télévisuelles, leurs guerres et son pendant, le terrorisme, les querelles gerbantes de déchéances de nationalité et d’identité nationale.

Le voyage c’est aller d’un point A à un point B. Bien sûr rencontrer le monde et ses merveilles. Mais aussi le voyage intérieur. Le voyage libère des peurs. Le voyage introspection.

Paraît qu’il va y avoir des élections. Paraît qu’on doit encore voter pour le moins pire. Paraît que son ennemi était la finance. Notre ennemi à nous ce sont les illusions.

Le temps d’une année – au moins -, nous laissons cela de côté pour découvrir, réfléchir et te regarder mon enfant avec la bienveillance qu’il t’est dû. Je ne suis plus des luttes, je n’y crois plus. Le dieu pognon a tout raflé, même les miettes qu’il pouvait laisser aux peuples auparavant. Désillusions.

Il y a autre chose à inventer donc. Nos cerveaux fourmillent d’idées pour retrouver la rage. L’envie. Nous allons trouver, nous n’avons pas le choix maintenant que tu es sur cette terre. Là serait l’égoïsme. Te laisser un monde bien pire que celui que l’on a trouvé et ne rien avoir tenté de faire pour y remédier. Nous allons nous battre pour toi, pour ta génération sacrifiée sur l’hôtel des puissances. Remettre du lien et de l’humain là où ils ont tenté de nous diviser. Bâtir des sociétés parallèles sans eux. Et même des châteaux en Espagne s’il le faut. Montrer, démontrer que réellement un autre monde est possible. Dans le partage, la solidarité et la tolérance.

Et cela sera ton héritage, tu en feras ce que tu en voudras mon enfant…

Allez, viens, je t’emmène sur mon dos s’il le faut… 🙂

Une réaction ou un avis sur cet article ? ⬇ Postez un commentaire ⬇

Cet article vous a plu ? Suivez nos aventures sur facebook :

Cliquez sur J'aime cette page ci-dessous pour vous connecter à notre page facebook et recevoir de nos nouvelles : articles du blog, photos de voyage, conseils pour voyager en famille, etc. À tout de suite !

Tags :

Qui est l'auteur de ce formidable article ?

22 commentaires ou avis éclairés ;-)

  1. 4EnRoots Répondre
  2. Marie Chevalier Répondre
  3. Lili Répondre
    • Tony Répondre
  4. C.A.R.O Répondre
  5. Clo Hé Répondre
  6. Celine Thiercelin Répondre
  7. Sabrina Dumont Répondre
    • Ma Famille Voyage Répondre
  8. Flamant Rose Répondre
  9. Laetitia Répondre
    • Tony Répondre
  10. Carine Krem Répondre
  11. Michel Répondre
  12. Audrey Répondre
  13. Audrey Fourrier Répondre
  14. Christelle Répondre
  15. Krys El Répondre
  16. Regor Mélanie Répondre
  17. juliette Répondre

Un commentaire ? Un avis ? Une déclaration ? :-)

Partagez cet article :

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic à vos amis :