Notre avis (négatif) sur notre location d’un campervan chez Apollo en Nouvelle-Zélande

Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi et comment nous avons payé plus de 1000$NZD de plus la location d’un campervan auprès de la compagnie Apollo pour 3 semaines sur l’île du nord de la Nouvelle-Zélande, avant même de nous être mis au volant de ce dernier. Je vais également vous donner des conseils pour louer un campervan ou un camping-car en Nouvelle-Zélande sans avoir les « surprises » que nous avons eues.

Lorsque l’on prépare un voyage en Nouvelle-Zélande, on pense souvent à louer un camping-car ou un campervan (van aménagé). C’est une formidable idée pour découvrir ce pays magnifique et c’est ce que nous avons fait à 2 reprises pour visiter l’île du sud puis l’île du nord en février-mars 2017.

Pour l’île du sud, nous avons loué un campervan dans une petite compagnie familiale (je vous en parle en deuxième partie de cet article), alors que pour visiter l’île du nord nous sommes passés par une grosse compagnie (Apollo) pour la location de notre campervan. Le prix était hyper attractif (71$NZD/jour, soit environ 46€), mais nous avons vite déchanté…

Pourquoi il ne faut pas louer de campervan ou de camping-car à la société Apollo en Nouvelle-Zélande

Forts d’une première expérience positive 3 semaines auparavant de location d’un campervan sur l’île du sud, nous ne nous attentions pas à tout ce qui va suivre en arrivant à l’aéroport d’Auckland ce mercredi 8 mars 2017.

Après avoir attendu 45 minutes une navette pour se rendre dans les locaux d’Apollo (alors qu’on nous a annoncé par téléphone une attente de « 15 minutes maximum »), nous pensions que la prise du véhicule serait une simple formalité et serait vite expédiée, car la réservation avait été faite en ligne, l’acompte payé et les options sélectionnées…

Les frais cachés de la location d’un campervan chez Apollo

À la façon d’une compagnie low-cost, Apollo propose toute une gamme d’options payantes qui se rajoutent à la location du véhicule.

Par exemple, vous souhaitez une table et des chaises (normal, vous allez faire du camping). Il faut payer.

Si certaines options (comme le siège bébé) sont à réserver en ligne au moment de la réservation du campervan, d’autres sont plutôt des surprises en arrivant.

On nous a par exemple proposé une option payante à 75$ pour ne pas avoir à nettoyer le campervan à la restitution de celui-ci. Nous avons dans un premier temps décliné l’offre, assumant que nous étions capables de rendre le campervan dans un bon état de propreté. À cela, notre interlocutrice a ajouté qu’il fallait en plus que les draps, couettes et oreillers soient lavés également à la restitution du véhicule. Pas pratique lorsque l’on fait du camping. De plus, il n’y a bien entendu aucun produit et matériel pour nettoyer le véhicule de fournis… Ils le savent très bien, et je suis persuadé que la quasi-totalité des clients d’Apollo, le couteau sous la gorge, prend finalement cette option. Comme nous l’avons finalement fait…

À ces options, qui permettent de grappiller quelques dizaines (voire centaines) de dollars sur le prix initial, Apollo rajoute des frais administratifs sur tous les paiements par carte de crédit (ou de débit d’ailleurs). 2% en plus sur chaque paiement. Et bien entendu, pas de possibilité de payer autrement que par carte. Ces frais pourraient donc être inclus de base dans le prix, mais non : « surprise !! »

Soyez assurés de payer un max avec Apollo !

Sur ce bon jeu de mots, vous avez compris que je vais vous parler de l’assurance des véhicules loués chez Apollo.

Et de l’assurance, je vous assure que les conseillers commerciaux d’Apollo en ont pour vous les vendre, justement !…

Si à ce stade, vous pensiez, malgré les frais cachés vus précédemment, avoir fait une bonne affaire, vous allez déchanter !

En pratique, Apollo propose 3 possibilités :

  • Une franchise de 5000$NZD sans aucun coût supplémentaire.
  • Une franchise de 2500$NZD, pour 27$NZD par jour.
  • Une franchise de 0$NZD, pour 45$NZD par jour.

Concernant les assurances, il y a deux types de personnes. Celles qui ne veulent rien risquer et qui les prennent toutes, et les autres. Je fais partie des « autres ». Je me méfie des assurances optionnelles qui trouvent de toute façon toujours un prétexte pour ne pas vous rembourser et qui font très souvent doublons avec les diverses assurances que nous avons déjà (carte de crédit, assurance de voyage…).

Bref, j’avais fait le choix au moment de la réservation de « prendre le risque » et de me limiter à la franchise de 5000$.

Notre conseillère s’est lancée dans une démonstration très obscure à base de chiffres écrits sur une feuille de papier pour nous démontrer que cette franchise « sans aucun coût supplémentaire » nous coûterait finalement presque aussi cher que la franchise de 0$ à 45$NZD par jour.

Oui, oui. Vous avez bien lu. Je vous explique la « logique » (et l’arnaque – parfaitement légale) de la société Apollo :

Ces 5000$ ne sont, chez Apollo, en fait pas une simple franchise. Cette somme est également une caution qui est, d’après notre conseillère, encaissée immédiatement et remboursée que 50 jours (!!!) après la restitution du véhicule. Autant le dire, cette somme qui pourrait être une simple préautorisation sur la carte de crédit (comme cela se fait habituellement) est encaissée pour une longue durée sans aucun doute pour la faire fructifier. Apollo n’est pas seulement une compagnie de location de véhicules récréatifs : c’est aussi une compagnie financière

Il faut donc avoir ces 5000$ disponibles sur son compte bancaire, et ne pas en avoir besoin pour les mois qui viennent. Pour nous qui continuons d’avoir des revenus en voyageant, cela peut s’envisager, mais je pense que cela peut être difficilement supportable pour les familles qui voyagent en tour du monde sur leurs économies

Comme je vous l’indiquais précédemment, la société Apollo prélève 2% sur tous les paiements par carte. Cette caution peut se payer uniquement par carte. Ils rajoutent donc 2% sur ces 5000$ qui ne seront pas remboursés. Soit 100$ de perdu. (En)volés ! Sans parler de la fluctuation Euro-Dollar néo-Zélandais qui peut être très défavorable au moment du remboursement de cette caution…

La démonstration de notre conseillère ne s’arrête pas là : pour nous convaincre que cela nous coûtera très cher de choisir cette option, elle nous « alerte » sur le fait que sur cette somme, notre banque prendra également des frais importants (sur une somme de 5000$, des frais de paiement par carte à l’étranger peuvent se monter aux alentours de 150$).

Bref, en griffonnant sa feuille devant nous (de manière de moins en moins lisible), elle est arrivée à la conclusion que, finalement, prendre l’option de la franchise à 0$ pour 45$ par jour nous coûterait qu’environ 390$ de plus au total (chiffre que je n’ai pas réussi à retrouver en calculant moi-même cela plus tard…).

J’ai tout d’abord refusé. Plus par principe que pour autre chose. Et, là, elle m’a posé cette question : « Êtes-vous assuré pour le véhicule que vous allez louer ? ».

À ce moment là, après avoir vécu difficilement la démonstration précédente, je suis scié. « Comment ça, lui dis-je, l’assurance n’est elle pas justement cette franchise de 5000$ ? ».

Elle m’a répondu que non, dans ces conditions le véhicule n’est pas assuré. Et qu’en cas d’accident, en plus des 5000$ déjà prélevés à titre de caution, 5000$ seront automatiquement prélevés en plus. Et si les réparations demandent plus que cela, je devrais payer. D’autant plus qu’il n’est pas obligatoire de rouler avec une assurance en Nouvelle-Zélande, 45% des conducteurs n’en auraient pas, ce qui complique pas mal les choses en cas d’accident, responsable ou non. J’avoue que je n’y comprends rien, n’arrive pas sur le moment à démêler le mensonge de la vérité. Je n’y arrive toujours pas aujourd’hui en y repensant d’ailleurs.

Devant ce « harcèlement moral », aidé par notre petite puce qui commençait fortement à s’impatienter (nous sommes restés plus d’une heure dans les locaux d’Apollo…), nous avons cédé et pris la fameuse assurance… Avec le sentiment, un peu amer, de s’être bien fait enc…

Si je vous parle de notre expérience avec Apollo, j’ai pu lire sur Internet que cette pratique était assez répandue parmi les grosses compagnies de location de camping-car en Nouvelle-Zélande comme Maui, Britz et Jucy. La méfiance n’est donc pas que de mise qu’avec Apollo…

Quelle est l’alternative à Apollo (et autres grosses compagnies) pour louer un camping-car ou un campervan en Nouvelle-Zélande ?

Je vous le disais en début d’article, avant notre expérience avec Apollo sur l’île du nord, nous avons loué pour 3 semaines un campervan sur l’île du sud.

Ce campervan, nous l’avons loué à une petite compagnie familiale nommée Cruzy Campers. Cette expérience a été radicalement différente de celle avec Apollo.

Nous avons payé en ligne l’intégralité de la location du campervan, sans frais administratifs donc. Le campervan nous a été livré directement à la chambre d’hôtes (où nous avons passé notre première nuit à Christchurch), dans les temps et sans supplément. Le « check-in » a duré peu de temps, et a consisté en intégralité à nous montrer comment fonctionnait le campervan (alors que chez Apollo, cette partie a duré à peine 3 minutes, nous laissant un peu désemparés sur le fonctionnement du véhicule).

Ainsi, pas d’options supplémentaires (sauf le siège bébé, et un barbecue à gaz que j’avais demandé précédemment) et aucun frais caché. Le bonheur !

Concernant l’assurance, Cruzy Campers n’en propose qu’une et elle est incluse directement dans prix : une assurance complète avec franchise, bien plus raisonnable, de 1500$.

Le véhicule était un peu plus ancien que celui loué chez Apollo, mais parfaitement entretenu (le gérant est mécanicien). De plus, ce campervan était bien mieux aménagé (nous pouvions manger à l’intérieur en transformant le lit en table et banquettes, contrairement à notre campervan Apollo qui ne dispose pas d’une telle possibilité), mieux équipé et plus confortable pour dormir. En plus, il était « self-contained » (permettant – en théorie – de pouvoir faire du camping sauvage partout en NZ). Bref, un vrai campervan pratique pour voyager, quelle que soit la météo.

Au final, ce campervan Cruzy Campers qui, sur le papier, nous coûtait plus cher nous a coûté aussi cher que celui loué chez Apollo :

  • Notre campervan Cruzy Campers nous a coûté 128$NZD/jour (environ 83€)
  • Notre campervan Apollo, au prix initial de 71$NZD/jour (environ 46€), nous a finalement coûté 126$NZD/jour (environ 82€)

Nous avons donc payé avec Apollo 55$NZD de plus, par jour de location, que le prix initialement annoncé… Soit environ 1000$NZD de plus sur les 19 jours de location !! Alors qu’avec Cruzy Campers, le prix annoncé a bien été le prix que nous avons payé. Et la qualité du véhicule et du service n’avait rien à voir…

Alors, comment choisir la compagnie chez qui louer un campervan ou un camping-car en Nouvelle-Zélande ?

Je vous conseille tout d’abord de privilégier les « petites compagnies » aux gros mastodontes du secteur que sont Apollo, Britz, Maui, Jucy, etc.

Le service sera plus « humain » et les « arnaques » sans doute plus rares.

Je vous invite également à lire et à décortiquer les conditions générales de vente avant de faire le moindre paiement.

C’est là notre erreur, et en cela que « l’arnaque » d’Apollo est parfaitement légale : il est clairement indiqué dans les conditions générales de ventes d’Apollo que les 5000$NZD sont prélevés sur la carte bancaire et restitués plus tard (21 jours après maximum d’après ces conditions, et non 50 jours comme nous l’a indiquée notre conseillère Apollo). Il est également bien indiqué que 2% de frais s’appliquent sur chaque paiement par carte de crédit.

Tout le reste, concernant l’assurance notamment, et qui était certainement des mensonges pour nous faire peur, n’est bien sûr pas indiqué dans les conditions générales de vente de la société Apollo…

Enfin, un dernier conseil : je vous invite à vous rendre sur le site rankers.co.nz qui regroupe des avis de clients sur l’ensemble des loueurs de camping-cars et de campervans néo-Zélandais. Ces avis sont une formidable opportunité d’éviter les loueurs peu recommandables (en plus d’extras à payer comme ce fut notre cas, certains loueurs proposent des véhicules franchement en mauvais état), mais également d’accéder à la liste de tous les loueurs (même les « petits » pas référencés sur les comparateurs de prix) et de pouvoir ainsi faire plusieurs demandes de devis à des petites sociétés bien notées.

Dans notre cas, la société Apollo recueille actuellement 61% d’avis favorables alors que Cruzy Campers 94%. Il n’y a pas photo…

Et vous, avez-vous vécu de mauvaises expériences en louant un camping-car ou un campervan, en Nouvelle-Zélande ou ailleurs ? Parlez-nous-en dans les commentaires…

Finalement, la Nouvelle-Zélande est un pays magnifique. N’hésitez pas une seule seconde pour y aller 🙂

Une réaction ou un avis sur cet article ? ⬇ Postez un commentaire ⬇

Cet article vous a plu ? Suivez nos aventures sur facebook :

Cliquez sur J'aime cette page ci-dessous pour vous connecter à notre page facebook et recevoir de nos nouvelles : articles du blog, photos de voyage, conseils pour voyager en famille, etc. À tout de suite !

Qui est l'auteur de ce formidable article ?

9 commentaires ou avis éclairés ;-)

  1. Claire Répondre
    • Tony Répondre
  2. Tiphaine Répondre
  3. Antonin Répondre
  4. sabrina Répondre
  5. Nico Répondre
  6. fred974 Répondre
  7. Sébastien Répondre
    • Tony Répondre

Un commentaire ? Un avis ? Une déclaration ? :-)

Partagez cet article :

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic à vos amis :