Zoos/Aquariums : On y va ou on n’y va pas ?

La semaine passée, après avoir écumé les playgroups, parcs et aires de jeux de Bangkok, je me suis sentie un peu vide d’activités à proposer à Éléanor. J’ai donc parcouru la toile avec les mots clés « activité avec des enfants à Bangkok » « que faire avec des enfants à Bangkok »…et les résultats étaient, en partie, les zoos ou les aquariums. « Non, non, non, ça on est contre » dirait Tony en se moquant de moi !

Je me suis donc laissé le temps de la sieste comme temps de réflexion. J’ai retourné mon cerveau en long, en large et en travers, pensé à tous ces petits poissons enfermés malgré eux, au plaisir de ma fille de jouer et d’observer ceux qu’il y a dans la cour de la maison que l’on loue actuellement. Celle-ci finie, j’ai donc mis de coté la petite voie du capitaine Paul Watson (de l’organisation de protection des fonds marins « Sea sheperd« ) qui me hantait et embarqué Éléanor dans le grand aquarium de Bangkok (Sea World).

Bienvenue sur l’autoroute des poissons !

Sitôt arrivée, déjà envie de repartir. Certes, l’endroit est sympa, ludique, accessible. Il s’y trouve de nombreuses espèces de poissons, quelques méduses, des manchots, des araignées de mer, des hippocampes et un grand bassin avec tunnel pour voir les grands prédateurs de la mer : les requins.

Éléanor était simplement subjuguée par ce spectacle !

MAIS, ba oui il y a un « mais », sinon je ne ferais pas d’article pour vous raconter une banale sortie à l’aquarium…

Et puis, ce ne serait pas un article de Laetitia, hein, la prise de tête, rabat-joie, relou, maman qui réfléchit !?! 😉

Donc, nous avons découvert les araignées de mer dans un premier temps. Un petit bassin pour deux énormes spécimens avec un grand rocher au milieu. Je me suis dit que je préférerais les voir dans mon assiette l’océan, mais sans vraiment être scandalisée ou convaincue de mon ressenti.

Nous avons donc continué notre chemin, et de bassin en bassin, nous avons découvert de jolis poissons, des espèces différentes de coraux, des étoiles de mer, des raies, etc. qui ont tous émerveillé ma petite Éléanor. Elle était captivée par ce va-et-vient permanent sur ces autoroutes marines.

Autoroutes ? Oui, car vous êtes venus pour voir du poisson, vous en verrez ! Pas besoin de sortir la chaise, pour attendre que Némo et Dorie daignent pointer le bout de leur nez…la population au mètre cube semble être la même que le bord de l’eau sur la Côte d’Azur en plein mois d’août ; bondé !

Et c’est à ce moment que Paul Watson est revenu toquer dans ma petite cervelle, et j’ai tout de suite pensé à :

Oh, My God, je participe à toute cette machine à fric pour susciter un beau sourire sur le visage angélique de ma puce.

Ouf, avant de me noyer dans ma culpabilité nous nous rapprochons de la sortie. Un dernier coup d’oeil aux tortues et nous sommes dehors.

De l’action à la réflexion…

Vite, allons au zoo ma choupinette ! Nan, hein, je déconne (le zoo c’est quelques jours plus tard avec papa, je vous en parle après…) nous avons pris la direction de la maison.

Pendant le trajet, prise entre remords et satisfaction d’avoir tout de même passé un bon moment avec ma fille, j’ai continué le grand plongeon dans mes réflexions.

Les aquariums sont censés préserver les espèces au même titre que les zoos, mais pourquoi avoir des manchots en Thaïlande alors que ce n’est pas une espèce endémique ?

Même si les poissons n’ont pas de conscience (cf. Tony), ne seraient-ils pas plus heureux, pour certains, dans le vaste terrain de vie et de jeux qu’est l’océan ? Certes, l’océan représente un danger pour beaucoup d’entre eux, mais, comme pour nous le risque ne nous fait-il pas nous sentir un peu plus vivants ?

Bref, je ne suis pas ichtyologue (bien sûr, j’ai cherché dans le dictionnaire !!) et par conséquent toutes ces questions méritent des réponses. Il va falloir qu’un jour nous rencontrions quelqu’un qui réponde à toutes ces questions.

C’est comme ces excursions organisées pour nager avec les raies, les dauphins ou les requins. Vous me direz : « et bien, là ils sont en liberté alors pourquoi ça te gêne ? ». Bah oui, pourquoi ? Et bien parce que le jour où subitement les touristes délaisseront les îles paradisiaques parce qu’elles seront agencées par Leclerc, Auchan et compagnie par la mode sacs et bouteilles d’eau en plastiques, et bien, ce jour là, qui ira les nourrir ces petites attractions vivantes ? Car ne vous figurez pas que c’est pour voir votre joli minois ou sentir vos mains leur faire des papouilles qu’ils viennent… C’est pour la bonne nourriture qui tombe du bateau pardi !

Cela me fait penser à une excursion que nous avons faite à Langkkawi en Malaisie avec mes parents en janvier. Nous sommes partis pour 2 heures de ballade en bateau dans la mangrove pour y explorer tous ses charmes. Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés dans un village de pêcheurs pour une petite visite pédagogique sur le milieu piscicole.

Et bien, je vous le donne en mille ! Même si un charmant monsieur à voulu nous prévenir que c’était leur outil de travail et non un aquarium, nous avons tout de même eu le droit à un touché de raie (le poisson, hein !) et un petit numéro de cirque du poisson-archer. Donc leur travail c’est pêcheurs dans un cirque aquatique ?

Admirez le magnifique touché de raie de mon papa !

Nous nous sommes ensuite allés dans le territoire des aigles et ce fut superbe ! Voir ces de ces magnifiques rapaces voler et virevolter au-dessus de nous : AWESOME ! Nous avons passé un bon moment en leur compagnie, pris de très jolis instantanés photographiques et… avons laissé notre tour au bateau suivant (Bateau qui n’a pas manqué au passage de distribuer quelques victuailles pour que les rapaces continuent de gueuletonner). Donc (bah oui le « donc »), si un jour les touristes décident, au même titre que sur les îles paradisiaques, de délaisser cet endroit, est-ce que ces aigles ou les générations suivantes sauront retrouver leurs instincts de chasseurs pour se nourrir tout seuls ? That is the question.

Visite au Zoo… et rebelotte !

Toujours est-il qu’en bonnes personnes paradoxales que nous sommes, quelques jours plus tard (après les aigles et l’aquarium) nous sommes allés au Dusit Zoo de Bangkok. Nous nous sommes retrouvés là un peu par hasard et je me suis dit que ça me permettrait peut-être d’alimenter mon article !! Et bien ça n’a pas loupé !

Des lions, des tigres, des léopards et d’autres bêtes féroces enfermées dans des enclos très petits avec peu de verdure. Ils n’ont pas besoin de se dépenser ces minous ? Parce que mon chouchou (Paulo, cavalier king-charles de 3 ans) quand je ne le sors pas de la journée, il est fou !!!

Seul le félin-à-selfie est en liberté…

Et les singes, quelques cordes, et surtout un beau grillage pour leur servir de mur d’escalade et à travers lequel ils peuvent entrapercevoir les étoiles (peut-être qu’ils s’en moquent, après tout, des étoiles). Et les hippos qui n’ont, pour seul espace qu’une petite piscine bétonnée avec quand même pour se divertir une vitre au fond de l’eau pour regarder les touristes. Attendez, à moins que ce ne soit l’inverse ? Donc, ils ont juste un bassin bétonné. Et encore des manchots…

Tristes singes dans leurs petites cages…

Tout ça pour attirer le touriste, le divertir, à croire que le naturel ne suffit pas ?

Parce que lorsque tu viens pour visiter un pays du nord au sud en à peine quinze jours, tu n’as pas le temps d’aller traquer l’animal avec tes jumelles ou ton palme-masque-tuba ?

Parce que nous ne sommes pas suffisamment informés sur les établissements proposant ce type de divertissement ?

Parce que nous ne prenons pas le temps de nous informer ?

Parce que ce monde tourne tellement pas rond que lorsque nous sommes en vacances on laisse notre ciboulot en veille ?

Il y a aussi les ballades à dos d’éléphants, les selfies faits avec les tigres dans des temples en Thaïlande, les tortues de mer que l’on empêche de se reproduire, etc. Cet article du monde le relate très bien.

Et puis moi, ben je suis un peu fatiguée de tout se remue-méninges qui s’opère en moi. C’est toute une philosophie du voyage, de la distraction à revoir.

Comme lorsque l’on parle de manger sainement et bio entre autres, et que l’on se dit : « mais qu’est ce que je vais manger maintenant ? ».

C’est toute une éducation à revoir, à modeler, se libérer de nos influences télévisuelles, de nos lectures enfantines (tchoupi va au zoo, Martine aussi).

Enfin bref, il me reste du chemin à parcourir dans ma petite caboche. J’espère réussir rapidement à trouver un équilibre dans tout ça pour réussir à éduquer Éléanor dans le respect des animaux.

Une chose est sûre en tous cas, c’est que maintenant les zoos et les aquariums on est contre ! Enfin, on essaie…

Et vous ? Qu’en pensez-vous de tout ça ? Ce n’est pas très exhaustif, mais ça vient du coeur… Peut-être qu’il y a un ichtyologue parmi vous qui pourrait m’éclairer ? Peut-être que vous aussi ça vous interroge ? J’attends vos commentaires avec impatience.

Recevez nos prochains articles directement par e-mail !

Pas de SPAM et vous vous désabonnez quand vous le souhaitez !

22 réflexions au sujet de “Zoos/Aquariums : On y va ou on n’y va pas ?”

  1. La dernière fois qu’on est allé au zoo je me suis tordu l’esprit de la même façon, idem à l’aquarium.
    Et qd tu expliques à ton enfant de 3 ans qu’un éléphant ça vit en Afrique et qu’en gros il n’en verra peut être jamais, mais que là dans cet enclos il y en a un bin ya un truc qui cloche.
    Et oui certaines choses doivent rester inaccessibles aussi dans la vie. Même si on rêve de voir tel ou tel animal.
    Bref j’ai trouvé tout aussi agréable d’aller dans le jardin observer les escargots 😀

    Répondre
    • Oui c’est bien là le problème : tout nous est rendu accessible de nos jours, comme faire du ski à Dubaï ! Il est difficile de ne pas succomber aux plaisirs que l’on nous sert sur un plateau même si c’est au détriment des animaux ou de la planète. C’est sûr que finalement je préfère regarder les escargots en liberté qu’un lion en cage ; peut être qu’il en est de même pour Eleanor mais ça je le saurai lorsqu’elle parlera 😉 (Laetitia)

      Répondre
  2. Mon dernier zoo (et pour le coup je pense vraiment le dernier) c’était le serpentaire de Mendoza (Argentine). Des caisses en plexiglas avec de la sciure au fond, et les serpents dans ces caisses vides…
    Pour les aquariums, ça me révolte moins pour le moment… Mais pour combien de temps ?

    Répondre
  3. Sans etre « pour » les animaux en milieu clos, il faut aussi admettre que les parcs animaliers permettent de sauvegarder certaines especes en voie de disparition. De plus tous les parcs ne sont pas (seulement) des tirelires : le personnel est de plus en plus sensible et attentif aux besoins de leurs betes.
    Je sais aussi que ce post risque de ne pas plaire… je m attends au lynchage

    Répondre
    • Non, c’est une bonne remarque. Effectivement certains zoo ou aquarium oeuvre ou sont censés oeuvrer dans la préservation des espèces. J’aimerais avoir une liste de ces établissements pour être sûre que mon argent est utilisé à bon escient.

      Répondre
    • Sophie Lorthioy oui, est ce qui est invraisemblable c’est ce que dit ce docteur en géographie-environnement dans l’article du monde que j’ai partagé « L’ironie, relève Farid Benhammou, c’est que les installations réfrigérées des zoos qui détiennent des ours polaires consomment de l’énergie et donc génèrent les gaz à effet de serre qui détruisent l’habitat naturel de ces animaux et provoquent leur disparition. »

      Répondre
    • C’est le paradoxe de notre société moderne : on se mort la queue au lieu de prendre le sujet différemment. Et si au lieu de les sauvegarder, on essayais de ne plus les détruire…. Mais il y aura toujours des andouilles qui ne recherchent que le profit ou le plaisir personnel, sans s’occuper de ce qu’il adviendra de la faune, la flore,…. ou même de lui même ou de ses héritiers !

      Répondre
    • Pour préserver les espèces il y a aussi des réserves naturelles, nul besoin d’en faire un spectacle (zoo / acquarium / etc). Personnellement ça me rend profondément triste même si je conçois que ça ait un côté magique pour certain-e-s…

      Répondre
  4. débat difficile et je n’aurais pas le même discours quand mon enfant sera plus grand. mais peut être faut – il accepter que l’on ne puisse pas voir tous les animaux dans sa vie. trop souvent nous croyons être les seuls animaux à ressentir la tristesse, la colère ou les liens familiaux. Quand on voit les conditions dans lesquels un animal est arraché aux siens et à leur milieu naturel alors oui je me pose beaucoup de questions sur les zoos, aquarium. …

    Répondre
  5. Alors au jour d’aujourd’hui je suis contre. J’ai des enfants de 3 et 7 ans. Avant leur naissance et quand ma première était petite j’allais aux zoos, parcs animaliers, aquariums… sans trop me poser de questions même si leurs barreaux et vitres me dérangeaient.. Ma fille était contente de voir des animaux et poissons on va dire que c’est ce qui m’importait le plus (très égoïstement). Et puis je suis devenue végétarienne et aujourd’hui quasi végétalienne au départ pour des questions de santé et petit à petit l’éthique à pris le dessus… Je suis tombée des nues en voyant (via le net) les conditions d’abatage des animaux, les conditions de vie des vaches laitières qui sont pompées toutes leur vie et séparée de leur bébé dés leur naissance (et si on me faisait ça à moi?), condition de vie des poules etc.. de fil en aiguille j’ai découvert Paul Watson et d’autres militants anti parc aquatiques, zoos et toutes les horreurs qui allaient avec… Et là je me suis dit que tout ces animaux se retrouvaient séparés des leurs, emprisonnés toute leur vie, tout ça pour divertir l’homme et du coup au jour d’aujourd’hui je ne mets plus les pieds dans des zoos, aquariums, parcs aquatiques.. J’ai expliqué la raison du pourquoi à mes enfants (qui l’ont très bien compris) et du coup nous voyons que des animaux libres. Nous sommes allés en Nouvelle-Zélande dernièrement et avons pû voir en liberté totale des lions de mer, otaries, pingouins… on voyait les otaries jouer dans la mer, se tourner et retourner, un pingouin sortir de la mer et rejoindre sa famille et faire du bec à bec pour nourrir son bébé.. c’était magnifique! Et mes enfants étaient heureux notamment ma fille de 7 ans qui était heureuse de les voir libres! et d’avoir pû les voir (surtout les pingouins) car ce n’était pas sûr et du coup encore + exaltant!!! Après là aussi il y a un soucis car certains touristes avides de belles photos ou de les approcher au plus près ne respectent par leur intimité et leur territoire.. on a vu des gens fouiller les trous pour espérer voir des pingouins 🙁 ou encore s’approcher trop près des lions de mer mais une fois il y a un lion de mer qui s’est levé et s’est dirigé vers le perturbateur pour le chasser et vu la masse et bien il faisait moins le malin! Mais la solution n’est pas de les enfermer pour soi disant les protéger (ils sont si heureux libres! ) c’est l’Homme qu’il faut éduquer! Car les protéger en les mettant derrière des vitres ou des grillages tout en continuant de détruire la planète et leur habitat naturel c’est assez paradoxal!! Nous vivons à Tahiti et ce que tu dis dans ton article concernant les raies, requins avec nourrissage pour les attirer se pratique beaucoup ici pour que les touristes en aient pour leur argent.. (sorties payantes organisées pour aller aux spots des raies et requins à Moorea par exemple avec l’interminable ballet des bateaux). Il y a aussi les « sorties baleines » quand c’est la saison… nous avons participé à l’une d’entre elle avec ma fille avec un prestataire respectueux des baleines (il a un bel autocollant de certification d’une association polynésienne concernant la protection des baleines). Le gars du bateau a respecté pleins de conditions (il ne faut pas qu’il y ai trop de bateaux, mise à l’eau que si certaines conditions sont respectées, ne pas s’approcher des baleines à moins de 30 m..). Nous les avons vues au bout de la troisième sortie (si tu les voient pas tu reviens) et bien soit des gens râlaient car il ne les avaient pas vues et la fois où on les as vues ils n’étaient pas satisfaits car ils n’avaient pas pû faire de mise à l’eau avec!! il y avait un baleineau qui est passé sous le bateau et il ne fallait pas l’apeurer mais non des gens pensaient à eux et leurs photos à montrer à leurs pôtes… Il faut toujours + à l’Homme! il faut qu’il ai tout où il veut quand il veut!! Bref du coup je suis également assez mitigée sur ce genre de sorties…car pendant plusieurs heures ça faisait vraiment chasse à la baleine… Puis au final une fois on a loué un bateau avec des amis pour faire de la plongée masque tuba dans un endroit où il y a pleins de tortues et au retour on est tombés nez à nez avec une baleine qui est restée avec nous pendant 20 bonnes minutes… c’était un instant magique pour tout le monde! Bref même si les animaux sont libres ils sont souvent dérangés par les Hommes qui veulent les voir et ce n’est pas toujours facile de trouver le bon équilibre entre l’envie de les voir libres et de respecter leur habitat, leur intimité etc… Voilà pour mon très long post!!!!

    Répondre
  6. Il ya deux ans, j’avais trouvé un rapport sur les parcs animaliers. Ça se trouve donc sur le net. Certains zoos traitent mieux les animaux que d’autres et sont réellement investis dans leur sauvegarde. Certains pour moi sont surtout des machines a fric et ça se sent… Je suis encore coincée entre les deux… On peut considère aussi que pour protéger la nature , il faut la connaître et l’aimer donc les parcs peuvent être un bon vecteur .

    Répondre
  7. Les zoos, aquariums et autres parcs animaliers ne sont que des moyens de faire de l’argent. L’argument de vouloir faire de la sauvegarde est une ineptie. Si sauvegarde il doit y avoir, les insectes devraient avoir la première place. C’est moins glamour et vendeur qu’un koala ou qu’un panda. On a dépensé des millions pour lui alors que cet argent aurait pu permettre de créer et pérenniser des sanctuaires forestiers ou marins.
    Pour moi, c’est niet. Pas de zoos ou autres parcs de ce genre. On ira voir des dromadaires dans le Sahara et des marsouins en traversant la méditerranée. Ou pas. Et c’est très bien comme ça

    Répondre
  8. Je risque de faire un long pavé moi aussi! 😉
    cette cause me touche particulièrement et comme toi, je me sens énormément tiraillée! Nous sommes allées dans un zoo en Equateur et là, je n’ai pas pu… Mes enfants me demandaient pourquoi le poulet était encore dans un sac et que les crocodiles ne le mangeaient pas, pourquoi la tortue saignait etc et pourquoi les beaux panneaux disaient que ce Zoo protégeait des animaux en voie de disparition, des orphelins, des blessés… et le pire a été pour moi lorsque j’ai vu les condors dans leur grande cage, toute basse alors que ces oiseaux aiment l’altitude. J’ai levé les yeux au ciel et j’ai vu des oiseaux, libres… Coup de massue!
    A notre retour en France, nous sommes allés dans un parc animalier réputé pour être l’écoute des animaux, à reverser des fonds pour la sauvegarde d’espèces en extinction. Il s’agit du Parc de Doué la Fontaine. On a eu la possibilité de parler à un soigneur et j’ai trouvé que c’était très enrichissant! En quelques mots:
    – les batraciens par ex sont en grande voie d’extinction mais on mobilise moins facilement les gens pour sauver des grenouilles que pour sauver des pandas!
    – tous les grands animaux, les prédateurs… une fois en zoo sont « foutus » (ce ne sont pas ses termes). Car en zoo, leurs habitudes sont entièrement changées: normalement ils passent leur journée à chasser et là, plus rien. Donc ils s’ennuient. cela n’a rien de semblables à leur vie normale.

    Perso, je pense que ce type de zoo est « mieux que le pire », mais je doute que la solution pour sauver des animaux (enfin, leur espèce, car concrètement, ceux en zoo ne sont pas réinsérables) soient de leur retirer les habitudes intrinsèques à leur espèce.

    Bilan, nous n’allons plus au zoo, ni au cirque avec animaux et nous sommes végétariens. Les enfants sont sensibilisés à la cause et pour instant ils mangent encore de la viande quand ils le souhaitent.

    Je crois qu’il faut accepter l’idée de ne pas pouvoir voir un jaguar car quasi impossible à voir dans son habitat naturel. Quel est le plaisir de le voir dans une cage? Je me contenterais des photos… et pour les autres, on prendra le temps, on tentera, mais la Nature n’assure pas le show donc parfois, on ne verra rien!

    Maintenant je te dis tout ça et puis nous avons nagé avec les requins baleines aux Philippines… ça nous a beaucoup travaillé, avant, et après… on en a fait un article sur notre blog d’ailleurs. Dure d’être blanc comme neige, mais le tout est de se sentir à peu près bien dans tes bottes!
    Profitez bien de votre aventure! et Bravo à toi d’avoir d’avoir abordé ce sujet!

    Répondre
  9. c’est marrant car je suis tombée il y a qqlq jours par hasard sur votre blog (car nous préparons un tour du monde avec nos 2 filles) (merci pour ce super blog!!) et il y a quelques jours aussi on a amené notre fille au zoo pour la première fois. je n’aime pas vraiment les zoos et suis globalement contre et ce, depuis longtemps..mais là, à qqlq semaines d’accoucher de ma 2ème, j’avais envie de passer une journée qui sortent de l’ordinaire et fasse plaisir a ma fille, on a un gros zoo a coté et j’ai moi même des super souvenirs d’enfance avec mes parents là bas. je ne me prends pas beaucoup plus la tête que ça 🙂 mais je comprends très bien le débat.

    Je pense qu’il y a 2 choses dans ton article : l’idée d’alimenter une machinerie a sous contre vos principes , et la transmission de valeurs a votre fille.
    Pour la première on peut avoir des principes stricts et s’y tenir…de mon coté ce n’est pas mon cas, je n’aime pas les principes (je suis pédopsy ça doit expliquer ce positionnement 😉 )et je pense que si c’est très dosé et rare on peut avoir une philosophie de vie, être écolo, pour la protection des animaux etc et déroger qqlq fois a ces règles…mais je peux comprendre que si c’est un combat, des valeurs a défendre absolument, qui tiennent vraiment a coeur on ne puisse pas déroger a ces règles.

    Concernant les valeurs et la transmission aux enfants je pense encore que c’est une question de dosage et d’accompagnement dans la réflexion. j’ai une copine qui est hyper bio etc et qui me racontait avoir fait les courses avec son fils qui en passant dans le rayon cornflakes était au paradis en voyant des chocapic !! moi ça m’a marqué quand elle m’a dit ça je trouve qu’on peut transmettre des valeurs a nos enfants sans être rigides. ici on prend quasiment tous nos produits a la ruche qui dit oui (que des producteurs locaux) ou du bio mais on a aussi des frosties bref je pense que cela n’empêche en rien la transmission de valeurs. Mes parents sont anti-capitalistes nous n’avons jamais été au mac do ou a disney et je pense que une journée a s’amuser ensemble dans les manèges de disney m’aurait fait hyper plaisir et n’aurait rien changé aux valeurs qu’ils nous ont transmises.

    bref pour conclure, si ce sont des valeurs-combat je comprends le raisonnement en tout ou rien. Si le problème c’est la transmission de valeur à ta fille je verrai les choses de façon plus souples sans que cela pose le moindre problème dans cette transmission et valeurs éducatives 🙂

    voila pour ma petite contribution dsl d’avoir été si longue 🙂

    si vous voulez me suivre sur instagram : elsa_clv ça serait avec plaisir de partager au sujet des voyages 🙂

    Répondre
    • Merci d’avoir pris le temps de nous écrire Elsa ! Effectivement, tu as vu juste, j’oscille entre la transmission de mes valeurs et certains principes que j’ai (ou aimerais peut-être avoir). Je suis en perpétuelle remise en question et encore plus depuis qu’Eléanor est rentrée dans notre vie. Avec nos voyages, ce type d’article et les commentaires pertinents, j’espère trouver une ligne de vie qui me conviendra, en accord avec mon moi profond, avec Tony également, pour que ces remises en question soient moins profonde et fondamentales. Je t’ai ajoutée sur instagram, nous suivrons vos aventures avec plaisir si tu en dévoile un peu sur ton compte. Toujours est il que l’on peut rester en contact car nous sommes en réflexion sur la notion de « principes » que tu nous a amené dans ton commentaire 😉 (laetitia)

      Répondre
  10. Les zoos en Thaïlande sont particulièrement tristes. Nous n’avons fait que celui de Chiang Mai… c’était désolant.
    Mon mari m’a répété au moins 100 fois « Non ! On ne peut pas le voler et l’emmener avec nous ! »

    En comparaison, celui de Singapour semble beaucoup plus respectueux des animaux. Mais bon… ce n’est pas vraiment ma tasse de thé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Partagez cet article :

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic à vos amis :
%d blogueurs aiment cette page :