La bienveillance éducative en voyage expliquée à ma fille

Dans ton éducation, mon enfant, nous ne sommes pas parfaits. Nous faisons parfois des erreurs et créons de terribles injustices. Pourtant, nous sommes dirigés par l’idée fixe d’être bienveillants avec toi. Dans ce voyage, les suivants et ce grand voyage qu’est la vie.

Lorsque nous commettons des erreurs, la bienveillance c’est aussi de s’en excuser auprès de toi. Nous ne sommes pas infaillibles. Et ce serait te mentir et nous mettre sur un piédestal inutile que de vouloir te le faire croire. Finalement, nous apprenons au quotidien avec beaucoup d’humilité notre métier de parents.

La bienveillance, ma fille, dans ce beau voyage, c’est de te permettre d’être un enfant et parfois un bébé. Tu as de la chance, à presque 2 ans tu es dans ce bel âge de transition. Alors, la bienveillance c’est d’avoir conscience de ton jeune âge et de ton manque de maturité. Être patients. Ne pas exiger de toi ce dont tu n’es pas capable. Tu auras bien le temps de grandir et de comprendre les règles (sic) de ce monde.

La bienveillance c’est bien entendu que tu ne subisses pas ce voyage, mais qu’au contraire que même à ton très jeune âge il t’enrichisse, qu’il construise qui tu seras demain. Au quotidien, cela signifie prendre le temps. Le temps de jouer, le temps d’observer, le temps de te montrer et de t’expliquer. Ne pas se presser, ne rien presser.

La bienveillance dans ce voyage, c’est aussi de respecter tes rythmes. Tes dodos ou tes repas sont la priorité dans l’organisation de nos journées. Concernant ton sommeil, nous ne te réveillons pas le matin, nous te permettons de faire une sieste réparatrice l’après-midi et nous essayons de créer un cadre propice à ton endormissement le soir.

Ainsi, la bienveillance c’est de voyager en avion, en voiture ou en bus au moment de ta sieste pour ne pas te faire subir de longues attentes.

La bienveillance c’est de te laisser faire tes propres expériences de la vie. Te guider pas à pas vers l’autonomie. C’est assumer que tu puisses tomber, trébucher et dégringoler. Mais être toujours là pour te relever et te rassurer. C’est aussi te prendre la main lorsque tu le demandes. Te prendre dans les bras quand tu as besoin d’être consolée.

La bienveillance c’est de t’éloigner des écrans qui font la mollesse des cerveaux, et des humains des moutons. Nous t’ouvrons chaque matin un plus bel écran encore sur ces paysages et ses multiples habitants, petits et grands.

La bienveillance c’est bannir toute forme de violence éducative ordinaire. La violence physique, bien entendu, mais également toute forme de « violence morale » : les cris, le chantage, les gestes brusques, la punition, etc.

La bienveillance c’est également de ne pas faire de comparaisons. Point de « regarde cet enfant, il a terminé son assiette, lui » ou encore de « la petite fille est sage, elle ! ». Nous croyons que cela serait improductif sur le long terme. De plus, nous souhaitons que tu accomplisses des actions pour toi-même et non pour nous plaire.

Mais la bienveillance c’est aussi avoir pour toi un minimum de règles justes, réfléchies et mesurées. Et s’y tenir, quelles que soient nos fatigues et nos humeurs. Pour ta sécurité et pour ton intégrité, et pour que tu aies des repères qui nous semblent objectivement bons. La bienveillance n’est pas laxisme, mais n’est pas autorité absolue non plus.

La bienveillance, c’est de te laisser conduire le camion si tu en as envie (je plaaaaaisante !! 😉 )

Finalement, je crois aussi qu’être bienveillant avec toi cela va plus loin que ce bel univers que l’on s’est créé tous les trois. C’est de te montrer que, bienveillant, il faut l’être avec tout et tout le monde. Respecter son semblable. Et son moins semblable tout autant. Respecter notre planète par nos actions et nos choix de consommation. Essayer de réparer les blessures du monde par la gentillesse et de l’affection. De l’empathie et de l’émotion.

C’est ainsi que tu grandiras et ainsi que tu deviendras, nous l’espérons, solide et sûre de toi pour affronter ce terrible monde qui sait pourtant être si beau parfois. Et, qui sait, peut être même qu’avec tout l’amour et la bienveillance que tu auras en toi tu contribueras modestement à en faire un endroit plus beau encore…

Vous l’aurez compris, ces préceptes de bienveillance éducative ne sont pas valables qu’en voyage. Ils peuvent être appliqués dans la vie de tous les jours. Enfin, rassurez-vous : comme je le disais en début d’article, nous ne sommes pas parfaits. Chaque jour ou presque, nous allons à l’encontre de certaines de ces « règles de bonne conduite ». C’est une ligne directrice, un but ultime à atteindre… mais, oui, parfois nous nous plantons. Nous nous énervons, nous la pressons… C’est humain. Mais ce qui est humain également, c’est de réussir à prendre conscience de ses erreurs et de s’excuser auprès de son enfant de comportements inadéquats à son égard.

Recevez nos prochains articles directement par e-mail !

Pas de SPAM et vous vous désabonnez quand vous le souhaitez !

12 réflexions au sujet de “La bienveillance éducative en voyage expliquée à ma fille”

    • Oui c’est certain que c’est plus facile en voyage que dans une vie Métro/Crèche/Dodo (bien que quand je vois certains parents voyager à cent à l’heure, je me dis qu’il reste peu de place pour la bienveillance éducative là dedans !)… Mais, étant profondément optimiste, je crois que la bienveillance est toujours possible, mais pour cela il faut être prêt à adapter/changer sa vie et son mode de vie. Car, il est certain que lorsque l’on souhaite conserver la même vie qu’avant, c’est trop souvent infernal et source de stress pour créer les bonnes conditions de l’éducation bienveillante. Nous, le déclic de notre changement de vie est intervenu lorsque Laetitia était enceinte. Ce n’est peut être pas un hasard !

      Répondre
  1. Wow! Quelle belle réflexion…la bienveillance ! Ce texte fait prendre conscience du rôle d’être parents mais aussi du regard porté aux gens qui nous entourent. Merci de nous apporter un petit plus…une prise de conscience. Vous êtes de merveilleux parents et Éléanore est chanceuse de vous avoir et de pouvoir faire ses premiers pas dans la vie en découvrant le monde dans le vrai monde. xxx

    Répondre
    • Merci Bibiane 🙂
      Ce n’est pas facile tous les jours d’être parents, c’est une lourde responsabilité. C’est pour cela que nous nous « prenons beaucoup la tête » pour essayer de faire au mieux !!

      Répondre
  2. Coucou,
    Nous sommes en pleins dedans avec Eléanor, elle nous pousse dans nos retranchements tous les jours en ce moment !
    Je suis du même avis que vous et j’essaie d’appliquer le principe de la non violence verbale et physique (pour le physique pas de soucis mais j’avoue que je lui crie dessus et ça me rend très malheureuse et en plus ça ne sert à rien)
    Cet après midi c’est conseil de famille et nous allons essayer de lui expliquer ce que nous pensons, c’est pas facile d’être parent !
    Cet article tombe à pic !

    Répondre
    • Ah les Éléanor !! Quel sacré caractère elles ont 😉
      Bon courage à vous, et ne vous découragez pas pour avancer dans la voie qui vous semble la plus juste. Ca paiera ces fruits c’est certain, même si en la matière il faut parfois (souvent ?) être armés de patience…
      À bientôt en Bretagne !!

      Répondre
  3. Très joli texte de jeune parent !
    J’ai envie d’ajouter que la bienveillance doit aussi s’appliquer à soi-même. Quand on se sent irritable ou moins patient, c’est souvent parce qu’on s’est trop oublié. L’enfant doit aussi apprendre ( à petits pas ) à respecter les besoins de ses parents.
    Bon voyage

    Répondre
    • C’est bien vrai ce que tu dis Christelle ! Pour être de bons parents bienveillants, il faut avant tout l’être avec soi-même (et au sein de son couple !) afin de pouvoir l’être avec son enfant. Sans cela, la bienveillance devient trop souvent une souffrance ou un fardeau…

      Répondre
  4. Il me semble Tony que tu as été « élevé » un peu ou beaucoup dans cet esprit, même si le mot « bienveillance  » n’était pas à la mode à l’époque ! Je pense que nous ( tes parents ) l’avons fait d’instinct mais aussi (pour faire simple) dans l’esprit de 1968. Je pense effectivement que c’est la bonne voie quand je vois comment tu vis ta vie de manière autonome. Avec tout mon amour et ma fierté. Ta Mother qui te kiffe !

    Répondre
    • Merci ton commentaire me fait plaisir. En effet, je le crois aussi et ça me permet je pense d’être bienveillant avec Éléanor sans avoir à forcer ma nature !

      Répondre

Laisser un commentaire

Partagez cet article :

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic à vos amis :