Taïwan, l’Asie en dehors des sentiers battus ? Retour d’expérience de notre voyage en famille

Nous avons visité Taïwan en décembre 2018 en famille (1 bébé et 1 enfant de 3 ans) durant 3 semaines, dont 2 semaines en louant une voiture pour plus de liberté et de facilité dans nos déplacements.

Taïwan reste pour les Occidentaux une destination plutôt confidentielle, en dehors des sentiers battus. On en parle peu, et lorsqu’on en parle, on voudrait presque garder le secret de cette destination asiatique encore (un peu) préservée du tourisme de masse.

Alors quel a été notre itinéraire ? Qu’avons-nous pensé de cette destination ? Taïwan est-elle adaptée à un voyage en famille ? Je réponds à toutes ces questions, d’après notre expérience (mais n’oubliez pas que, comme partout sur Internet, cet avis est totalement subjectif et lié à notre expérience uniquement !).

Mais, commençons par le commencement, notre itinéraire et le récit de notre voyage en famille à Taïwan

Itinéraire de 3 semaines à Taïwan en famille

J1 à 3 – Taipei

Comme la plupart des voyageurs, nous sommes arrivés à Taïwan par l’aéroport international du nord de l’île situé à 1 heure de train de Taipei. Nous avons donc commencé notre voyage par la capitale de Taïwan. Tout d’abord, il faut le dire clairement, Taïpei n’est pas une jolie ville. En plus, pas de chance pour nous, le temps était plutôt gris, voire pluvieux, par moments. Cela n’aide pas à trouver de la beauté dans un paysage de béton sans charme et sans âme.

Néanmoins, nous avons trouvé cette ville vivante et authentique, sans la horde de touristes (que nous sommes aussi) qui dénature parfois certaines villes. Nous logions dans le quartier de Ximen et nous avons vraiment adoré ce quartier très vivant où se rassemblent les jeunes dans un dédale de rues piétonnes.

À faire avec des enfants :

  • La grande roue du mall Miramar, pour l’expérience et la superbe vue sur Taipei
  • Le Taipei Amusement Park, un parc d’attractions à taille humaine, couleur locale
  • Dodaocheng Warf, un quai très sympa avec une belle vue sur New Taipei. Location de vélos possibles (dont vélos pour enfants et tout petits avec roulettes !). En fin de journée, les Karaokés en plein air sont à ne pas rater !
  • Déambuler dans les grands énormes centres commerciaux, comme le Taipei City Mall qui est tout en longueur en sous-sol
  • Passer du temps dans les salles d’arcade : jeux vidéo, de palet, de basket, d’attrape-peluche, etc. ; il y en a pour tous les goûts et c’est bien plus énorme que ce que l’on pourrait voir en France (et à Taïwan, il y en a à chaque coin de rue !).

Nous n’avons pas pris la peine de visiter les « incontournables » de Taipei (à savoir la tour Taipei 101, le Chiang Kai-Shek Memorial et le Musée national du palais), préférant déambuler dans la ville et trouver des activités à faire en famille.

J4 – Nord de Taïwan

Après 4 jours passés à Taipei, nous avons loué une voiture pour nous échapper de la ville avec comme volonté principale de descendre le long de la côte Est, moins peuplée et plus sauvage.

Petite parenthèse à ce sujet : il est très simple de louer une voiture à Taïwan (nous avons fait notre réservation par Internet), de la récupérer chez le loueur et de conduire sur cette île ; par contre, c’est affreusement cher (45 €/ jour – mais les sièges enfants et bébé étaient gratuits !).

C’est sous une pluie battante que nous avons quitté Taipei à bord de notre valeureux véhicule. Nous nous étions fixés cap au nord, alors nous l’avons mis. Qu’importe la pluie, qu’importe les alertes reçues sur nos téléphones portables indiquant l’arrivée d’une tempête !

Nous avons passés la première journée à faire essentiellement « du tourisme à l’américaine » (c’est notre appellation personnelle lorsque nous faisons des visites sans descendre de notre véhicule !!). Après une arrivée (sous la pluie) dans la ville de Tamsui (et son mignon centre historique que nous n’aurons pas vu, à la place nous avons préféré visiter le McDonald’s taiwanais…). Nous avons vite bifurqué pour la route panoramique qui va de Tamsui à Keelung. Cela semblait joli (bien qu’il y ait pas mal d’usines en bord de mer…), mais la pluie ne nous a pas permis de nous en rendre bien compte…

Profitant d’une accalmie, nous avons quand même marqué un arrêt au Yehliu Geopark, un incontournable du coin. Il s’agit d’un site naturel intéressant avec des formations géologiques assez insolites : formes humaines, objets, animaux… Les Asiatiques fous de selfies sont littéralement dingues de cet endroit, vous vous en serez doutés ! Cela vaut quand même le coup (et le coût – 80 $TW (env. 2,5€) / personne), et en plus sous le soleil nul doute que ce site doit être incroyablement beau.

Nous avons enfin passés la soirée à Jiufen où se trouve une vieille rue commerçante très agréable (et piétonne !) qui aurait inspiré un décor du film « Le voyage de Chihiro ». Si vous y passez, on vous recommande le Gen Product B&B : propriétaire sympa, chambre 2 lits doubles propre et pas très cher et bon petit déjeuner inclus.

J5 à 7 – Sun Moon Lake

Notre projet initial après Jiufen était de poursuivre vers la côte Est de Taïwan afin de longer la mer depuis la route panoramique. Après consultation de plusieurs sites météo, débats houleux et debrief, nous avons pris la décision que cela ne serait pas raisonnable – la tempête allait en s’intensifiant, en plus de la pluie et de forts vents étaient prévus…

Notre solution de replis : le (mal nommé) Sun Moon Lake (certains voient dans sa forme un soleil et une lune, mais honnêtement la photo satellite le dément formellement…). Il y fait beau ? Oui ! Il y a 3 heures de route. Arf, allons-y quand même !

Généralement, nous aimons bien les lacs. Il y a toujours possibilité de faire du vélo et un tour en bateau.

Et paf, ça n’a pas loupé : nous avons fait du vélo (avec assistance électrique, quel confort ! – 25€ pour 2 e-bikes équipés de sièges enfant pour la journée) le long d’une piste cyclable bien aménagée autour du lac (mais qui ne fait pas le tour) et un tour en bateau (pour nous rendre dans la ville en face, avec un arrêt à un temple – 9€ aller-retour par adulte, 3€ pour les enfants).

La grosse attraction du coin est le « Formosan Aboriginal Culture Village », recommandé par tous les guides, sites et blogs. Autant dire que l’on se méfie d’autant d’unanimisme… Un parc d’attractions mêlant manèges à sensation ET mémoire et traditions des peuples aborigènes de l’île, cela nous paraissait quand même louche… Pourtant, ayant en tête la doctrine « il faut le voir pour le croire« , et… n’ayant pas grand-chose d’autre à faire, nous y sommes allés. Eh finalement… (roulement de tambours)… nous avons adoré ! Tout d’abord l’accès se fait en télécabine (et ça, à égalité avec les tours en bateau et de vélo, on adore !). Ensuite, la partie « Aboriginal Culture Village » est réellement bien faite et intéressante, avec des explications sur les différentes ethnies, des reconstitutions de villages et de jolis spectacles. Enfin, la partie « Parc d’attractions » avec ses différents manèges, a bien plue à Éléanor. Alors le mélange des genres, finalement, pourquoi pas ! 🙂 Seul hic, le prix de l’entrée : 850 $TW, env 25€, par personne ; gratuit pour les moins de 100cm (ouf, c’était tout juste pour Éléanor !).

Finalement, ces 3 jours non prévus au Sun Moon Lake ont été très agréables et reposants (et ensoleillés, yeeeessss !). Last but not the least, notre hôtel (Love Home Garden Inn) était très sympa et kid friendly (le lit enfant était en forme de voiture, il y avait de la dînette et un petit toboggan dans la chambre et des petites motos électriques à la réception !).

J8 et 9 – Route de la traversée

Notre envie de voir la côte Est (et notre non-envie de voir la côte ouest trop urbanisée, surtout avec un véhicule) nous a « contraints » à traverser l’île d’ouest en est par le milieu. Et au milieu il y a quoi ? Des montagnes. Très hautes de surcroît (point culminant à 3275m) ! Alors… c’est parti !

Le premier jour, nous avons parcouru « seulement » 50 km pour aller du Sun Moon Lake jusqu’à Ren’ai, au début de l’ascension de la montagne.

Voici quelques arrêts sympathiques que nous avons faits :

  • Paper Dome : (ex-)lieu de culte bâti (au Japon puis déplacé en pièces détachées ici) avec de grands piliers faits en papier. L’intérêt ? Aucun. Complètement décalé ? C’est certain. (entrée 50 $TW, gratuit – de 3 ans, parking 30 $TW)
  • Chung Tai Chun Monastery : c’est un énorme (et le mot est faible) temple-monastère-musée. Tout y est vraiment démesuré, de la taille du bâtiment à celle des statues (accès libre au temple, musée payant, parking gratuit).
  • Guanyin Falls : de jolies cascades facilement accessibles par un chemin aménagé (600m, mais ça grimpe sec !).
  • En face du chemin des Guanyin Falls, au niveau du parking, il y a un grand pont suspendu qui offre une belle vue sur la campagne.

Nous avons passés la nuit à Ren’ai, sur les hauteurs avec un magnifique coucher de soleil sur un très beau paysage.

Le lendemain, nous avons profité des activités touristiques familiales locales :

  • Swiss Garden, qui n’a de suisse que le nom… Moulin hollandais, Colonnes grecques… dans un grand jardin fleuri et arboré (mais ce n’est pas la folie non plus !). Seul intérêt (qui peut justifier le prix d’entrée de 120 $TW – 3,5€) : un parc de jeux pour enfants en extérieur sympa et en bon état.
  • Qingjing Farm : on vient ici principalement pour voir… des moutons. Oui, oui, les Taïwanais payent pour ça. Cela a bien fait rire Laetitia dont les parents ont toujours eu un champ avec des moutons près de leur maison ! Il y a même des spectacles, comme la tonte du mouton. No comment. Le spectacle pour nous était plutôt de voir les Taïwanais s’extasier devant un mouton qui fait caca. Et le paysage est franchement joli aussi, il faut l’avouer. Est-ce que cela justifie les 200 $TW – 5,7€ – du billet d’entrée ? Pas certain.
  • Qingjing Skywalk : je ne sais pas vous, mais le terme « Skywalk » me fait rêver. Marcher dans le ciel ? Banco ! Bon, en vrai, c’est très joli, mais le « skywalk » ne monte pas au ciel, il ne fait que longer la route. On a vu plus bucolique comme promenade. En plus, c’est payant (50 $TW, 1,5€).

En bref, vous l’aurez compris, les attractions du coin ne nous ont pas franchement séduites. Elles ont été créées pour les Taïwanais et japonais qui arrivent par cars entiers « consommer » de la montagne (avec une maladroite touche européenne…).

Par contre, nous avons été séduits par le magasin « Carton King » situé à la fin du skywalk (en redescendant). La boutique vend toute sorte de produits et activités manuelles en carton, un train en carton (dans lequel les enfants peuvent réellement monter) traverse littéralement la boutique et un grand toboggan en tourbillon est en accès libre. Bref, le paradis des enfants ! Il y a même un restaurant à l’étage où le décor est également en carton. Et nous avons mangés un Bœuf bourguignon façon taïwanaise. Délicieux !

Nous avons ensuite roulé 2h30 pour (seulement) 90km jusqu’au parc de Taroko. La route est sinueuse, mais lorsque nous n’étions pas dans le brouillard (c’est à dire pas souvent) la vue était vraiment incroyable. Nous avons notamment été déçus d’être complètement dans le brouillard au point le plus haut de Taïwan (Wuling, 3275m) ; il paraît que la vue est vraiment belle. Tant pis pour nous…

Le soir, c’est épuisé par cette route et cette météo que nous nous sommes écroulés dans le seul hébergement disponible (?) à l’entrée du parc de Taroko côté Ouest : le Tienhsiang Youth Activity Center, où l’on a néanmoins bien mangé et bien dormi !

J10 – Parc national de Taroko

Ce parc naturel, d’une grande beauté, pourrait justifier à lui seul un voyage à Taïwan. Son nom complet est « Parc des gorges de Taroko », car c’est bien de cela qu’il s’agit : des gorges (des canyons) offrant des vues plongeantes spectaculaires.

Le parc est bien aménagé et plusieurs points le long de la route permettent d’admirer la vue ou de se lancer dans des promenades ou randonnées. Pour nous, avec bébé et un jeune enfant pas de grosse randonnée, mais on a l’impression d’en avoir bien profité quand même. Avoir son véhicule est ici vraiment avantageux afin de pouvoir s’arrêter et aller ou l’on veut.

Voici ce que nous avons fait et vu (dans l’ordre depuis l’entrée ouest du parc) :

  • Vue depuis le Cimu Bridge (rocher en forme de grenouille !)
  • Swallow Grotto Yanzikou Trail : promenade le long de l’ancienne route avec superbe vue sur les gorges (attention, il ne faut pas avoir le vertige !)
  • Changchun Shrine : un temple très photogénique avec des cascades
  • Changuang temple : un grand temple et monastère sur les hauteurs
  • Piste Shakadang : une petite randonnée sur un chemin bien aménagé au bord de la rivière (et non d’une gorge) – environ 8km aller-retour (nous nous sommes contentés de la moitié, et cela permet déjà d’être rassasié au niveau des magnifiques paysages !).

Pour en savoir plus sur le parc de Taroko, je vous conseille la lecture de cet article sur le blog lesglobeblogeurs. Il nous a bien aidés pour visiter le parc ; et nous avons même choisi le même hôtel qu’eux (un hôtel avec une grande salle de jeux au sous-sol !!!)

Avant de rejoindre Hualien, nous avons fait un petit détour pour observer le paysage magnifique des falaises au bord de la mer (Qingshui cliffs) puis la plage au nord de Hualien (Qixingtan Beach).

J11 – Hualien

Hualien est la plus grande ville de la côte Est de Taïwan. Et pourtant, rien à voir avec les immenses mégalopoles de la côte ouest. Globalement, à part nous promener au hasard dans la ville et visiter la A-Zone (vaste parc polyvalent avec entrepôts convertis en restaurants et boutiques de style industriel) nous n’avons pas fait grand-chose durant la journée entière (2 nuits) passée à Hualien. La salle de jeux au sous-sol de notre hôtel a eu la préférence d’Éléanor !

J12 et 15 – Route panoramique de la côte Est

Notre objectif suivant était la péninsule de Kenting à près de 300 km de Hualien. Rien ne valant le coup de passer plusieurs jours sur la route, mais plusieurs petits arrêts sympathiques et une route panoramique qui longe la côte qui nous ont permis d’apprécier le trajet.

Ce trajet, nous l’avons fait en 2 nuits. Une première nuit passée (au hasard) à Chenggong (sans intérêt particulier) et une seconde à Taitung dans un hôtel Spa (la région étant connue pour ces sources thermales).

Quelques arrêts remarquables :

  • Shitiping, un site aménagé avec une superbe vue
  • Sanxiantai Arch Bridge, un pont en forme de serpent reliant la terre à une petite île
  • Dongue, une belle promenade aménagée à faire entre le Donghe Bridge et la plage (avec des singes facétieux à observer !)
  • Little Fishes Kitchen (Shanyuan Beach), c’est un restaurant en bord de mer servant une cuisine fusion avec des jeux pour enfants

Il y a de nombreux autres arrêts aménagés sur la route pour observer la vue (d’où l’intérêt de louer une voiture !).

Notre dernière nuit, nous l’avons donc passée dans un hôtel avec des termes. La région de Taitung étant reconnue pour le bienfait de ses sources d’eau chaude, et ayant adorés l’expérience au Japon et en Corée du Sud, nous n’avons pas hésité à faire cet arrêt (et à payer un peu plus cher qu’habituellement notre nuit d’hôtel). Nous avons été plutôt déçus. Cela a consisté en une grande piscine d’eau chaude avec quelques jets d’eau (un peu comme cela se fait en France). Ce n’est pas désagréable, mais rien à voir avec les Onsens du Japon ou de la Corée, avec l’expérience très ritualisée du bain, le côté très zen et le côté hygiénique et tellement appréciable de pouvoir être nu…

J15 à 18 – Kenting

Dernière étape de notre road-trip, la péninsule de Kenting était dans notre esprit un petit coin paradisiaque, idéal pour passer noël au soleil. Ainsi, on avait beaucoup d’attentes sur ce parc national, et nous avons été un peu déçus. Les plages sont certes jolies, surtout lorsque le soleil pointe son nez, mais elles sont loin d’être les plus jolies que nous n’avons jamais vues ! « Petit » détail qui nous a choqué : la centrale nucléaire en arrière-plan, en bord de mer au cœur du parc national… Puis, en décembre, pas de baignade. Tout juste quelques châteaux de sable ! Bref, ne venez pas à Taïwan (que) pour ses plages…

Par contre, plutôt que de nous loger dans une station balnéaire de bord de mer, nous avons eu la bonne idée de prendre un logement Airbnb dans la ville de Hengchun. Cette ville est la ville principale de Kenting, pourtant elle n’est pas trop grande et est plus sympa et plus authentique que les villes-stations balnéaires de Kenting.

La grande rue commerçante piétonne « Hengchun Old Street » a été un vrai coup de cœur avec ses boutiques d’artisanat, ses guirlandes (même pas kitchs !) et son ambiance. De même, le marché du dimanche soir très typique nous a beaucoup plu. Au programme : nourriture de rue et jeux pour enfants. Enfin, il y a de nombreuses activités pour enfants (kart, attractions…) sur la route pour la plage, mais nous n’avons pas testé.

Pour finir, 2 endroits sympas (mais pas non plus exceptionnels) que nous avons faits et que nous vous recommandons si vous passez dans le coin :

  • Gangkou Suspension Bridge (carte) : ce grand pont suspendu, situé à l’embouchure de la mer, offre une vue sympa et une expérience amusante en famille.
  • Southernmost Point of Taiwan (carte) : courte promenade pour se rendre au point le plus au sud de Taïwan ; outre cet aspect, cela offre une vue sur une partie plus sauvage de Kenting.

Ainsi, à part ces 2 sites et quelques plages sur notre passage, nous n’avons pas marqué d’autres arrêts lors de notre journée à faire le tour de Kenting.

J18 à 20 – Kaohsiung

L’étape à Kaohsiung marque la fin de notre road-trip. Nous avons donc facilement rendu la voiture, puis nous avons rejoint notre appartement airbnb près de la gare principale. Il faut l’avouer, Kaohsiung est une ville que nous avons choisie plutôt au hasard, sans grande conviction (surtout après n’avoir pas été très emballé par Taipei). Et, finalement, on a beaucoup aimé cette ville !

Cependant, cette ville est très grande et étendue. C’est assez fatigant avec des enfants. Néanmoins, gros avantage de Kaohsiung : il y a un métro qui facilite les déplacements (seule ville en plus de Taipei à en disposer !). De plus, la ville est propre et aérée.

Nous avons beaucoup aimé nous promener autour du lac Lotus Pond : il y a de jolis temples sur des petites presqu’îles artificielles (allez au Zuoying Yuandi Temple), des passerelles en bois et une promenade aménagée, et des aires de jeux pour les enfants (notamment ici). L’ambiance est agréable et les paysages jolis ; on oublierait presque que nous sommes dans une si grande ville !

Le centre-ville présente à notre sens peu d’intérêt, si ce n’est de découvrir une ville taïwanaise moderne.

L’autre atout de Kaohsiung se trouve au bord de mer, accessible facilement avec le métro :

  • Pier2 : ancienne friche industrielle réaménagée : espace artistique, musée du train (avec un vrai petit train), grand parc (où faire du cerf volant)… Ambiance sympa et un peu bobo (on aime bien !).
  • Qi Jin : petite île accessible en bateau où l’on profite de la vieille rue commerçante (un peu touristique), de la plage (pas pour la baignade, cependant le bord de mer est bien aménagé) et pourquoi pas (nous l’avons fait) d’un tour en rosalie (à assistance électrique, SVP !). Ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais c’est une sortie d’une demi-journée sympa.

Si vous cherchez un bon restaurant avant de prendre le bateau pour Qi Jin, nous vous recommandons « Mottainai Plant-based Whole Food Café ». Un agréable petit restaurant végétarien où l’on a très bien mangé !

Enfin, pour récompenser vos enfants d’autant de marche à pied, vous pouvez les emmener dans une superbe aire de jeux d’intérieure (payante) située dans le centre commercial de la gare Xin Zuoying Station.

J21 – Taichung

Le trajet Kaohsiung-Taichung a été l’occasion pour nous d’emprunter le TGV taïwanais. Expérience concluante : rapide & efficace (et tarifs fixes, pratique par rapport au TGV français…).

Nous avons passé à Taichung qu’une seule nuit avant de prendre notre vol retour pour Bangkok (depuis l’aéroport de Taichung). Nous avons fait une grande promenade à pied dans le centre-ville. C’est une jolie grande ville, très aérée avec de nombreux parcs. Coup de cœur pour le National Taichung Theater : architecture très originale et boutique à l’intérieur géniale (même juste pour le plaisir des yeux !).

Enfin, à Taichung il n’y a pas de métro, mais le bus est gratuit (pour les courtes distances) et facile à prendre (plan et horaires sur Google maps).

Taïwan : ce qu’il faut savoir

Taïwan avec des enfants (et bébé) :

  • Comme partout en Asie, les enfants sont bien acceptés et sont chouchoutés. Par contre, il y a rarement des équipements pour eux (chaise haute, lit bébé…) ou des jouets. Idem, il n’y a pas souvent d’aire de jeux (surtout sur la côte Est – par contre on en trouvait quand même dans les grandes villes en cherchant un peu !). Les plus grands adoreront par contre les salles d’arcade présentes partout (attention, la note monte vite !).
  • L’île n’est pas très grande, ainsi les déplacements sont réduits pour passer d’un endroit à l’autre. Pas de bus de 10h à faire subir aux enfants, ouf ! En plus le train (TGV sur la côte ouest, train classique ailleurs) fonctionne bien et est confortable.
  • Dans beaucoup d’endroits, on ne trouve pas de restaurants proposant de la nourriture occidentale (mais la nourriture est bonne et pas souvent épicée, et il est toujours possible d’avoir quelque chose de simple pour les enfants comme une omelette).
  • Aucun danger pour les enfants : hygiène parfaite partout, pas de maladies ou virus dangereux.
  • Par contre : nous avons eu des difficultés à trouver des produits pour bébé : couches et surtout les petits pots de purée et compotes. Les couches sont en vente dans les grands supermarchés (il n’y en a pas tant que ça !) ou dans les magasins de puériculture (pour les petits pots, uniquement dans ces magasins spécialisés, dans les grandes villes). Par contre, on a trouvé des couches et des petits pots bios (bien que cela ne soit pas très écolo, car importé d’Europe…).

Taïwan : ce qu’on en a pensé, ce qu’on a appris et ce qu’on a compris !

C’est une destination intéressante, car c’est une sorte de mélange Chine-Japon (cette île est officiellement chinoise, mais indépendante dans les faits, et a été longtemps colonisée par les Japonais). D’ailleurs, de nombreux Japonais viennent en voyage à Taïwan, car cela leur rappelle « le Japon d’autrefois ». C’est donc une île moderne, mais qui est restée dans son jus.

On retrouve à Taïwan l’excentricité nipponne : objets mignons et gadgets divers (Laetitia a résisté très fort pour ne pas acheter les petits tampons mignons en vente partout), salle d’arcade, tenues vestimentaires de certains jeunes à Taipei, hôtels et restaurants à thème, cochons domestiques à Taichung (!!)…

L’île n’est pas encore trop pervertie envahie par le tourisme (quelques touristiques Asiatiques, mais très peu de touristes occidentaux). On a le sentiment d’être privilégié et d’être vraiment « en dehors des sentiers battus » !

Comme au Japon ou en Chine, les locaux parlent pas ou mal anglais, mais on arrive toujours à se faire comprendre. N’hésitez pas à prendre une carte SIM – vraiment pas cher – pour avoir google maps pour s’orienter par soi même et google translate pour traduire des panneaux ou des menus, et communiquer avec les locaux. Par contre, cela limite un peu les contacts avec les locaux (cependant à 2 reprises nous sommes tombés sur des Taïwanais parlant français !).

Les sites touristiques sont bien aménagés. Parfois trop (trop de béton pour des sites naturels, zones spéciales selfie !).

Louer une voiture est vraiment une bonne idée et ne présente pas de difficulté (surtout avec Google maps, cependant tous les panneaux sont à la fois en chinois et anglais). Sinon les transports en commun (notamment le train) fonctionnent très bien.

Nous avons peu voyagé sur la côte ouest afin d’éviter les grandes villes. Finalement, le peu que l’on a vu (Taichung et Kaohsiung) nous a plutôt enthousiasmés ; si cela était à refaire (ou lors d’un prochain voyage) nous passerions plus de temps sur la côte ouest (en plus il y fait globalement plus beau !).

Nous avons trouvés ce pays vraiment pas très cher (plus cher que l’Asie du Sud-Est, mais moins cher que le Japon ou la Corée) : la nourriture est très abordable, une chambre d’hôtel avec 2 lits doubles revient entre 25 et 50€ la nuit et, sauf exception, les entrées des sites touristiques coûtent 1 à 5 € max. ; globalement, le coût de la vie nous semble environ 2 fois moins cher qu’en France.

Dans l’ensemble nous avons apprécié notre voyage en famille à Taïwan. Il faut reconnaître que tout n’est pas très joli (beaucoup de béton, peu de conservation d’architecture ancienne, usines en bord de mer). Mais certains paysages valent le détour (paysages des montagnes du centre du pays, parc de Taroko, côte Est « sauvage ») et certaines villes, sans être très jolies, présentent de nombreux points d’intérêts.

Taïwan en famille : la conclusion

Ainsi, oui Taïwan est une destination qui ne présente (presque) aucune difficulté pour voyager en famille, mais sans être particulièrement adaptée aux enfants ou aux bébés. C’est une destination, selon nous, qui n’est ni exceptionnelle ni totalement dépourvu d’intérêt mais qui a en tout cas des choses à offrir à chacun.

Un conseil : foncez, et comme pour la Corée du Sud (que nous avions adoré) profitez de cette destination avant qu’elle ne soit plus populaire afin de pouvoir profiter de Taïwan en dehors des sentiers battus avec votre petite tribu ! 🙂

Une réaction ou un avis sur cet article ? ⬇ Postez un commentaire ⬇

Cet article vous a plu ? Suivez nos aventures sur facebook et youtube :

Cliquez ci-dessous sur J'aime cette page pour vous connecter à notre page facebook et recevoir de nos nouvelles (articles du blog, photos de voyage, conseils pour voyager en famille, etc) et/ou sur le bouton Youtube (pour recevoir nos vidéos de voyage). À tout de suite !

Tags :

Qui est l'auteur de ce formidable article ?

One Response

  1. Anne-Marie Répondre

Un commentaire ? Un avis ? Une déclaration ? :-)

Partagez cet article :

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic à vos amis :