Notre semaine chez l’habitant dans les plantations de thé au Sri Lanka : une expérience décisive !

Nous revenons d’une semaine dans un petit village près de Neluwa au Sri Lanka. Nous avons logé « chez l’habitant » comme l’on-dit, autrement dit dans une famille charmante et attentionnée qui nous a choyés durant une semaine.

Plus qu’une semaine en immersion, cela a été pour nous une semaine de déconnexion et un vrai hymne à la lenteur. Pourtant, cela nous faisait un peu peur a priori. Je vous explique tout cela dans l’article, mais tout d’abord je vous explique en quelques phrases ce qui nous a amenés ici et ce que nous y avons fait.

Voici la famille qui nous a reçu (et supporté) durant cette semaine.

Voici la famille qui nous a reçus (et supportés) durant cette semaine.

« Pourquoi est-on allé se mettre dans cette galère ? »

Ce n’est pas très glorieux, mais c’est la question que nous nous sommes posée le jour de notre arrivée dans le village. Les gens semblent très charmants, mais il n’y a strictement rien à faire. Pas de wifi, la ville la plus proche n’est pas accessible à pied, personne ne parle vraiment anglais et nous sommes vraisemblablement condamnés ici à manger du riz pour une semaine et à nous ennuyer ferme.

La tuile. Que s’est-il passé dans ma tête lorsque j’ai répondu positivement à Elina de l’agence Duara Travels (voir détails pratiques en bas de l’article) lorsqu’elle m’a proposé d’être « cobayes » de cette nouvelle destination ?

Et pourquoi 7 jours ? Et pourquoi pas seulement 2-3 jours, histoire de « tester » le concept, rencontrer les gens et, basta, retourner à la civilisation en se vantant d’être allé en dehors des sentiers balisés (tout en s’empiffrant d’un burger et d’une bière fraîche) ?…

Éléanor et ses 2 tatas srilankaises :)

Éléanor et ses 2 tatas srilankaises 🙂

Déroulement de notre semaine

Bref, nous avons passé 7 jours dans une famille. Perdus au milieu de « rien », à ne « rien » faire. Et finalement… Ce « rien » d’apparence n’était pas si vide.

La maison où nous avons passé une semaine.

La maison où nous avons passé une semaine.

Nous en avons eu des heures à ne rien faire. À contempler la nature, les gens, les animaux. À s’émerveiller, à se perdre dans des pensées ordinaires, à somnoler éveillé. Et je vais vous dire : cela nous a fait un bien fou.

Et la nature est tout simplement splendide !!

Et la nature est tout simplement splendide !!

Nous avons aussi pu explorer les environs : les plantations de thé ou encore la rivière où nous sommes allés nous rafraîchir. Nous avons visité la fabrique de thé (le directeur, un homme très occupé, nous a-t-on dit, a pris 2 heures de son temps pour tout nous expliquer), nous sommes allé au temple bouddhiste avec le père de la famille dans laquelle nous logions et nous avons pu faire une petite virée à « la ville » où nous avons trouvé un super parc de jeux pour Éléanor.

Ballade dans les plantations de thé

Ballade dans les plantations de thé

Au temple avec le papa, le professeur d'anglais (avec qui j'ai (Tony) longuement discuté du bouddhisme), un moine (qui ne voulait plus nous rendre Eléanor) et Laetitia.

Au temple avec le papa, un professeur d’anglais qui nous a parlé du bouddhisme, un moine (qui ne voulait plus nous rendre Éléanor) et Laetitia.

Et c’est tout. Vraiment ? En fait, non. Notre principale activité a été de rencontrer, outre « notre famille », les habitants du village. Nous avons ainsi été reçus comme des princes dans plusieurs dizaines de maisons avec un rituel immuable : du thé et des biscuits.

Partout, nous avons reçu un accueil incroyable !

Partout, nous avons reçu un accueil incroyable !

Quant à Éléanor (1 an et 4 mois), je ne pense pas mentir en disant qu’elle a été la coqueluche de tous les environs durant cette semaine. À tel point que l’on se demandait parfois si les gens ne venaient pas pour nous rencontrer ou ne nous invitaient pas chez eux uniquement afin de voir ce petit bébé blond aux yeux bleus ! Bref, un paquet de tatas et tontons de substitution et des dizaines de copains de tous âges.

Éléanor qui joue au chauffeur de tuk tuk avec un petit copain !

Éléanor qui joue au chauffeur de tuk tuk avec un petit copain !

Petits et grands cherchaient en permanence l'attention d'Éléanor.

Petits et grands cherchaient en permanence l’attention d’Éléanor.

Bref, 7 jours cela n’a pas été trop long. Nous aurions même pu rester plus longtemps dans ce village ! Dommage finalement de devoir partir au moment où l’on vient tout juste de bien prendre tous ses repères. 🙂

Sortir de sa zone de confort plus que des sentiers balisés

Et si l’objectif d’une telle expérience n’était pas plus égoïste qu’il ne le paraissait ? Derrière une volonté (bien réelle) d’aller à la rencontre d’une culture différente de la sienne, il y a nécessairement des enseignements à tirer sur sa propre vie.

À condition, bien entendu, de sortir de sa zone de confort. C’est à dire, de cet ensemble de choses que l’on connaît et qui nous rassure.

C’est donc bien de cela qu’il s’agit. Nous voulions nous confronter à l’inconnu, dépasser nos limites.

Sortir de sa zone de confort ne signifie pas nécessairement faire des choses dangereuses. Pour nous, c’était plutôt :

  • Surmonter la gêne de passer du temps avec des gens que l’on ne connaît pas, dont on ne partage ni la culture ni même de langue commune (certaines personnes parlaient néanmoins un peu d’anglais dans le village) ;
  • Passer du temps sans Internet et, surtout, sans la pollution intellectuelle que représente facebook ;
  • Apprendre à s’ennuyer, ou du moins à passer du temps à ne rien faire (et apprécier cela).

Check, check et re-check, je peux l’affirmer, nous avons validé ces 3 points :

Nous n’avons ressenti aucune gêne avec les personnes de « notre famille » et du village. Mieux encore, nous avons été à l’aise plutôt rapidement. Le contact a été bien entendu plus facile lorsque l’on pouvait échanger quelques mots en anglais.

La semaine de déconnexion d’Internet a été une révélation : oui, il est possible de s’en passer. Eh oui, on peut ne pas être au courant de ce qui se passe dans le reste du monde et… ce n’est pas grave ! 🙂

Apprendre à s’ennuyer, cela va presque de pair avec la déconnexion avec Internet et le monde extérieur. Apprendre à s’ennuyer c’est apprendre à contempler (et  pour cela, nous étions servis : depuis notre maison un spectacle extraordinaire se produisait chaque jour avec comme acteurs principaux des écureuils et diverses espèces d’oiseaux). Apprendre à s’ennuyer, c’est presque méditer : faire le vide pour se ressourcer. Bref, cela fait du bien !

Ainsi, en plus d’avoir rencontré des gens simples (dans le bon sens du terme) et d’une gentillesse infinie, nous avons le sentiment d’avoir progressé dans notre changement de vie en cours. Nous nous rapprochons d’un idéal de vie (et, plus certainement, d’un idéal de voyage) qui, s’il reste encore bien flou, se précise un peu plus ! Affaire à suivre 😉

Mais une chose est certaine, nous retenterons le plus souvent l’expérience d’aller chez l’habitant, et si possible hors de l’agitation touristique comme cela fut le cas lors de cette expérience. (D’ailleurs, aller le plus souvent chez l’habitant était 1 de nos 5 commandements pour nos voyages !)

À votre tour ?

Si cela vous intéresse de vivre une expérience similaire au sein de ce village, voici quelques informations pratiques :

  • Le village se situe à proximité immédiate de Neluwa, à 1h30 environ en voiture de Galle (voir sur Google maps)
  • Nous sommes passés par l’organisme Duara Travels pour organiser ce séjour dans cette famille
  • Pour 2 personnes, le prix va de 60 à 74 € par jour selon la durée, sachant que 40% reviennent à la famille, 15% à la communauté (pour des dépenses d’intérêt général), 15% au contact anglophone sur place et 30% pour l’organisme Duara Travels. 70% du prix est donc reversé localement : cela nous paraît donc assez équitable comme façon de procéder.
  • Cela comprend l’hébergement (avec moustiquaire et ventilateur : indispensables !) et 3 (délicieux !) repas par jour.

Pour info : dans le cadre d’un partenariat, Duara Travels nous a accordé une réduction de 30% (correspondant à sa part : ainsi, notre argent a seulement permis de rémunérer les populations locales). Néanmoins, cet article est 100% objectif et correspond à nos opinions réelles.

Une réaction ou un avis sur cet article ? ⬇ Postez un commentaire ⬇

Cet article vous a plu ? Suivez nos aventures sur facebook et youtube :

Cliquez ci-dessous sur J'aime cette page pour vous connecter à notre page facebook et recevoir de nos nouvelles (articles du blog, photos de voyage, conseils pour voyager en famille, etc) et/ou sur le bouton Youtube (pour recevoir nos vidéos de voyage). À tout de suite !

Qui est l'auteur de ce formidable article ?

4 commentaires ou avis éclairés ;-)

  1. Tiphanya Répondre
    • Tony Répondre
  2. Sophia Répondre

Un commentaire ? Un avis ? Une déclaration ? :-)

Partagez cet article :

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic à vos amis :