Nos 3 semaines en famille dans les îles de la Société en Polynésie : récit, infos pratiques, photos et vidéos

La Polynésie nous faisait rêver depuis longtemps. Alors, ça y est, nous y sommes ! Nous avons commencé notre voyage en Polynésie en famille par la visite de 5 îles appartenant à l’archipel de la société dont le simple nom fait déjà rêver : Moorea, Huahine, Raiatea, Bora-Bora et Maupiti.

Dans cet article, on vous dit tout de notre petit périple et sur comment cela se passe, concrètement, un voyage dans les îles de Polynésie avec des enfants ! Retrouvez en prime nos meilleures photos et de petites vidéos capturées avec notre drone.

Moorea (5 jours)

Après une arrivée tardive à Tahiti depuis Nouméa (Nouvelle-Calédonie), une nuit dans une pension près de l’aéroport, nous décollons pour Moorea où nous atterrissons 15 minutes plus tard. Nous aurions pu y aller en bateau, car cette île se situe en face de l’île de Tahiti, mais nous avons opté pour un pass interîles de Air Tahiti qui incluait de toute façon cette liaison.

L’arrivée en avion présente comme avantage un survol du lagon. C’est donc une bonne entrée en matière pour découvrir cette île (et les suivantes). Les nuances du bleu de la mer sont incroyables et nous émerveillent déjà.

Outre le lagon, c’est les paysages très verts et les reliefs accidentés qui nous impressionnent. C’est vraiment très très beau !

Moorea dispose comme avantage de posséder plusieurs plages très agréables. Ce n’est pas le cas sur toutes les îles. On imagine facilement (en tout cas, nous, nous l’imaginions) de larges plages de sable fin. Mais, non, la Polynésie (l’archipel des îles de la Société du moins) n’est pas franchement une destination plage.

Sauf, donc, Moorea qui nous a ravi de ses plages qui sont situées sur le nord de l’île. Nous ne sommes pas du genre à faire la crêpe toute la journée, mais ici nous avons apprécié de passer plusieurs journées sur les différentes plages. Tout d’abord parce que c’est une piscine géante : peu de vagues et pas de profondeur. Idéal avec des enfants, donc. Puis, c’est aussi un superbe aquarium. À quelques mètres du rivage, l’on peut observer de nombreux petits poissons. Éléanor (tout juste 4 ans) s’est découvert une vraie passion pour le snorkeling. Enfin, nous avons partagé 2 journées avec une autre famille de voyageurs-nomades. Cela a permis à Éléanor d’avoir des petits copains pour s’éclater dans l’eau et sur le sable !

Nos plages préférées à Moorea :

  1. Plage Publique de Ta’ahiamanu (carte)
  2. Plage publique de Haaru (carte)
  3. Plage de l’hôtel les Tipaniers (carte)

À Moorea, nous avons loué une voiture. Cela nous a permis de faire le tour de l’île (qui se fait en 2h) et ainsi voir la diversité des paysages.

Huahine (3 jours)

Nous rejoignons Huahine (qu’il faut prononcer Houahiné) par avion. La propriétaire de la pension où nous allons résider les 3 prochains jours nous accueille. Nous sentons une atmosphère différente sur cette île par rapport à Moorea. C’est encore plus calme, moins peuplé et encore plus vert. Nous logeons dans la ville principale de l’île, Fare, qui consiste en 2 petites rues parallèles, animées surtout le matin.

Nous louons une voiture pour faire le tour de l’île. En fait, « des » îles, car Huahine est constitué de 2 îles très proches reliées par un pont. Les habitations sont réparties le long de la route, mais il y en a peu. Cela donne vraiment une impression très sauvage à cette île que nous trouvons décidément très verte. Cela nous plaît beaucoup ! Nous faisons étape à l’hôtel « Le Mahana » pour le déjeuner et pour profiter un peu de sa superbe plage dans le sud de l’île. Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons sur le pont reliant les 2 îles. La vue est magnifique, mais le spectacle est aussi dans l’eau : nous pouvons observer dans une eau très claire de petits requins et des centaines de poissons.

Le lendemain, nous nous accordons une après-midi détente sur la plus belle plage de l’île du nord , qui est aussi un chouette spot de snorkeling. En plus, c’est l’endroit idéal pour observer un magnifique coucher de soleil !

Raiatea + Tahaa (3 jours)

Nous avons beaucoup aimé Raiatea pour notre logement airbnb qui est une petite maison en bord de lagon avec une terrasse donnant directement sur l’eau. Pas de voisins, sauf les poissons que nous observons librement depuis notre fauteuil. Le rêve ! Baignade et Kayak sont également du programme pour compléter ce beau tableau.

Voici l’annonce Airbnb de ce logement à un prix super intéressant pour la Polynésie (93€/nuit). Si vous n’êtes pas encore inscrit sur Airbnb, vous aurez 25€ de réduction avec ce lien.

Comme à notre habitude désormais, nous louons une voiture pour faire le tour de l’île. Néanmoins, nous faisons le tour rapidement (non sans s’extasier sur ce lagon – que nous suivons presque tout le long – et ces reliefs verdoyants) sans marquer beaucoup d’arrêts, faute de trouver un point d’intérêt. En plus, nous avons loupé le seul endroit que nous avions repéré : le Marae de Taputapuātea. Il s’agit d’un site archéologique classé au patrimoine de l’UNESCO. Tant pis, puis comme dit Éléanor : « c’est pas grave, ce ne sont que des pierres » ! 🙂 Nous marquons tout de même un point d’arrêt à Uturoa, la principale ville de Raiatea. Mais aussi la principale ville des îles sous le vent ; il y a ainsi de nombreux commerces et… une excellente pâtisserie. Miam !

Le lendemain, nous embarquons sur un petit bateau afin d’aller découvrir le lagon et l’île de Tahaa qui partage le même lagon que Raiatea. Cette excursion en petit comité (seulement nous et 2 autres personnes, un belge et une allemande, avec qui nous sympathisons assez facilement) nous conduit tout d’abord dans le lagon, entre les 2 îles pour notre première rencontre avec les raies pastenagues et les requins pointes-noires. Nous ne faisons pas que les observer du bateau, nous allons nager parmi ces créatures marines avec nos masques et tubas. Une expérience incroyable et inoubliable ! Durant cette journée, nous allons également nager dans 2 jardins de corail (avec un bébé, nous le faisons à tour de rôle), visiter une vanilleraie et une ferme perlière. Un programme intense et riche en émotion, mais effectué de manière détendue et amicale avec un guide local.

Pour cette journée en bateau, nous sommes passés par le prestataire « l’excursion bleue ». Le coût est de 11000 CFP (tout inclus, dont le repas du midi) par adulte, gratuit pour les jeunes enfants.

Bora-Bora (4 jours)

Ahhh Bora-Bora… Le nom seul fait rêver, pas vrai ? Pourtant, cela n’a pas été notre île préférée. Bora est l’île du tourisme de masse, à l’échelle de la Polynésie bien sûr (rien à voir non plus avec Ibiza ou Koh Samui). Il y a tout de même beaucoup plus de touristes (en fait beaucoup d’Américains dans les ressorts de luxe), et cela rend le contact avec les locaux beaucoup moins authentique. En plus, tout est beaucoup plus cher (et comme la Polynésie est déjà une destination chère, cela devient très cher).

En plus, nous avons eu beaucoup de pluie. Cela ne nous a pas aidés à apprécier cette île !

Ceci étant dit, on ne peut néanmoins pas rester de marbre devant la beauté de cette île et de son lagon. Ainsi, nous succombons à la tentation de partir pour une excursion en bateau sur le lagon. Notre pirogue à moteur nous emmène tout d’abord au contact des raies pastenagues. Nous en voyons beaucoup plus qu’à Raiatea, mais ici elles sont nourries généreusement… Une pratique un peu limite, nous semble-t-il.

Ensuite, nous sortons du lagon pour aller observer dans l’eau des dizaines de requins pointe noire qui nous tournent autour (même pas peur !), ainsi que des requins citrons que nous ne verrons que du dessus, car ils évoluent uniquement dans les profondeurs. Ces requins sont beaucoup plus gros que les pointes noires, heureusement finalement qu’ils restent à 3 mètres en dessous de nous !

Enfin, le dernier arrêt est dans un jardin de corail où nous pouvons observer à nouveau des centaines de poissons colorés (sous la pluie).

Un autre jour, nous prenons un bateau-taxi pour nous rendre sur le « motu fanfan » (« motu » signifiant îlot). Nous jouons aux Robinsons sur une plage presque rien que pour nous (avec également les voyageurs rencontrés lors de l’excursion à Raiatea). L’eau est turquoise et nous sommes à quelques kilomètres de l’île de Bora Bora, nous laissant apercevoir ses reliefs impressionnants et verdoyants. Le spot est connu pour ses raies léopards. Malheureusement pour nous, elles ne sont pas au rendez-vous ce jour là.

Le reste du temps, nous le passons à l’abri dans notre bungalow lors des grosses averses de pluie ou sur la grande plage de Matira (seule plage publique de l’île) où nous rencontrons d’autres voyageurs, permettant à Éléanor de jouer avec d’autres enfants.

Maupiti (2 jours)

Nous terminons notre tour des îles de l’archipel de la société par une des plus petites îles : elle fait 10 kilomètres de circonférence et ne compte que 1300 habitants environ. Tout le monde se plaît à dire que Maupiti est le Bora Bora des années 60. C’est à dire avant le tourisme de masse et la construction de dizaines d’hôtels de luxe. Les habitants de Maupiti ont toujours refusé l’implantation d’hôtels, alors ici il n’y a que de petites pensions de famille.

Le lagon est magnifique, l’île est sauvage et le mont Teurafaatui qui culmine à 372 mètres offre un paysage à couper le souffle. Mont qui offre, paraît-il, une chouette randonnée – mais la pluie et les enfants auront eu raison de notre envie d’ascension – cette fois-ci !

Nous profitons d’une fenêtre de beau temps pour embarquer dans un bateau à la découverte des raies mantas. Ces raies qui peuvent avoir une envergure de 9 mètres sont visibles presque uniquement à Maupiti. Celles que nous avons observées faisaient environ 3 à 4 mètres, c’est déjà bien impressionnant ! Nager à leurs côtés et les observer sous l’eau a été un temps fort de notre voyage en Polynésie. Elles se déplacent gracieusement, donnant presque l’impression de voler.

La Polynésie et l’archipel des îles de la Société en famille : nos infos pratiques

Pour découvrir plusieurs îles, Air Tahiti propose des pass interîles. C’est plus économique que de réserver les vols individuellement. Tout comme les hôtels et les pensions, il convient de réserver en avance pour éviter toute déconvenue : les liaisons aériennes sur certaines îles sont parfois peu fréquentes et le nombre d’hôtels et de pensions est limité (je pense notamment à Maupiti).

Concernant les hébergements justement, nous en avons testé différents types : de la pension de famille à l’hôtel en passant par la location de maison. Chacune présente ses avantages : la pension offre un confort (souvent) basique, mais permet d’être en contact avec les locaux et est la formule d’hébergement la moins onéreuse, la location de maison (via airbnb ou booking.com) offre l’indépendance et la possibilité de se faire à manger (mais a comme contrainte de devoir disposer d’un véhicule) et l’hôtel les services et les prestations que l’on attend de ce type d’établissement. C’est à vous de voir ; nous, nous avons trouvé bien de faire un mixte.

Nous avons loué des voitures sur certaines îles, selon les besoins. À Moorea nous l’avons loué de notre arrivée à notre départ : c’est une grande île, et, de plus, nous étions isolés dans une location de vacances. À Huahine nous avons loué une voiture une seule journée, afin de faire le tour de l’île. À Raiatea nous avons loué une voiture 2 jours sur 3. Enfin, à Bora-Bora et Maupiti nous n’avons pas loué de voiture.

Chaque île dispose au moins d’un supermarché ou d’une petite épicerie. Nous avons trouvé sur chaque île des couches pour bébé (même sur Maupiti) ; en revanche, pour les petits pots, c’est plus aléatoire.

Il n’y a pas d’aire de jeux sur les îles, sauf (mais nous l’avons appris après en être partis) à Moorea. Bon, la plage et le lagon sont de toute façon une belle aire de jeux !

Dans l’ensemble, que ce soit dans l’eau ou sur la terre, il n’y a rien de très dangereux pour les enfants (et même les adultes ;)). Il convient juste de toujours porter des chaussures adaptées pour aller dans l’eau (attention aux poissons-pierre !) et bien se protéger du soleil et des moustiques (la dengue sévit en ce moment en Polynésie).

Enfin, nous avons fait plusieurs excursions en bateau pour faire du snorkeling. Éléanor, 4 ans, a beaucoup apprécié et nous a accompagnés dans l’eau (sauf avec les requins !). En général, nous y allions à tour de rôle pour garder Victor, 1 an, sur le bateau. Parfois, lorsque nous avions pied il est venu dans l’eau avec nous ou quelqu’un nous le gardait sur le bateau pour que nous puissions y aller tous les 2. En tout cas, cela n’a pas été gênant de faire ces excursions avec un bébé.

Conclusion à notre voyage sur les îles en Polynésie avec des enfants

En 18 jours, nous avons découvert 5 îles d’apparence semblables, et pourtant bien différentes :

  • À Moorea, nous avons apprécié les plages
  • À Huahine, nous avons apprécié le calme et la nature
  • À Raiatea, nous avons apprécié la découverte des raies pastenagues et des requins pointe noire
  • À Bora-Bora, nous avons apprécié le magnifique lagon et ses nuances de bleu
  • À Maupiti, nous avons apprécié de nager avec les raies mantas

Le rythme semble assez soutenu, pourtant nous n’avons pas l’impression de nous être pressés ou d’avoir manqué des choses. Seul le mauvais temps nous a parfois fait revoir à la baisse nos ambitions de visites et d’excursions.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser dans les commentaires ! 🙂

Une réaction ou un avis sur cet article ? ⬇ Postez un commentaire ⬇

Cet article vous a plu ? Suivez nos aventures sur facebook et youtube :

Cliquez ci-dessous sur J'aime cette page pour vous connecter à notre page facebook et recevoir de nos nouvelles (articles du blog, photos de voyage, conseils pour voyager en famille, etc) et/ou sur le bouton Youtube (pour recevoir nos vidéos de voyage). À tout de suite !

Tags :

Qui est l'auteur de ce formidable article ?

One Response

  1. Vincent de «  urgence écologie » ;-) Répondre

Un commentaire ? Un avis ? Une déclaration ? :-)

Partagez cet article :

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic à vos amis :