Comment finançons-nous notre tour du monde et notre future vie nomade ?

Voilà une question qui revient souvent depuis que l’on a ouvert le blog et la page facebook : comment fait-on financièrement pour voyager autant ? Par ces questions qui nous sont posées, ce sont autant de personnes qui ont le même rêve, mais qui hésitent à franchir le pas pour des raisons purement pécuniaires.

Afin d’être le plus complet possible, et pour donner quelques pistes de réflexion à ceux qui hésitent à se lancer, je vais tenter de lister les principales situations et solutions puis je vous parlerai en toute fin d’article de notre situation personnelle (bande de vilains petits curieux 😉 ).

Travailler en voyageant

Voici certainement la solution la plus simple. C’est aussi la plus contraignante, car on ne profite pas à 100% de son temps pour voyager. Mais on peut voir cela différemment : travailler dans différents pays permet de s’imprégner de la culture du pays et de rencontrer plus facilement des locaux.

Ainsi, pour financer un long voyage il suffirait de travailler le temps qu’il faut pour se remplir les poches lorsqu’elles sont vides, avant de retourner à l’aventure.

Quels jobs ? Vous pouvez exporter votre travail à l’étranger. Mais dans ce cas, il vaut mieux être boulanger ou vendeur que comptable ou fonctionnaire. Et attention aux diplômes non reconnus partout (je ne suis pas certain par exemple qu’une infirmière puisse exercer en dehors de la France et des DOM-TOM).

Vous pouvez aussi chercher du côté des jobs saisonniers où, en France comme ailleurs, la main-d’œuvre est très recherchée : ramassage des fruits et légumes, dans la restauration ou l’événementiel par exemple.

Un autre travail possible à l’étranger est l’enseignement d’une langue. Si l’anglais est bien entendu plus recherché, il est possible d’enseigner également le français dans certains pays, notamment au travers des alliances françaises (dans ce cas, le diplôme de FLE – pour Français Langue Étrangère – est requis).

Il n’est pas possible cependant de travailler partout ; parfois (et même souvent en dehors de l’Union européenne), un VISA de travail sera nécessaire. Bien sûr, on vous proposera souvent de travailler au black…

Travailler en télétravail

Pour cela, il vous faudra un patron très arrangeant. Autant dire que c’est assez rare. Il vous faudra vous rendre indispensable à votre travail pour négocier un tel arrangement.

Pour ceux que cela intéresse, je vous conseille la lecture de la semaine de 4 heures de Tim Ferris où il parle très largement de cette solution (et donne des moyens de la mettre en place avec votre entreprise).

Vendre ou louer sa maison

Vendre sa maison et tout ce qu’elle contient, c’est la solution retenue par de nombreux voyageurs pour financer leur voyage. On part ainsi avec un budget plus ou moins conséquent qui permet de planifier plusieurs mois ou années de voyages sans se tracasser.

L’inconvénient est qu’en appliquant seulement cette solution, le voyage a forcément une durée limitée, car quand il n’y a plus d’argent le voyage s’arrête.

Cela peut aussi faire un peu peur pour le retour. Dans ce cas, il vaut mieux garder une partie de cette rentrée d’argent pour préparer le retour.

La solution alternative à la vente de son bien immobilier est de le louer. Pour peu que votre crédit soit totalement remboursé, cela vous fera une rentrée d’argent mensuelle qui vous permettra de voyager.

Bien sûr, tout dépend de la valeur locative de votre bien. Vous voyagerez plus confortablement avec l’argent du loyer d’un 4 pièces à Paris qu’un studio en province.

Mais au moins, vous avez l’assurance de ce revenu. A vous d’adapter votre mode de voyage à votre budget. S’il est facile de voyager avec 2000 € par mois, il est quand même possible de prendre le large avec 500 € par mois.

Les inconvénients sont qu’il vous faudra absolument quelqu’un pour gérer votre bien locatif (un proche ou une agence) et qu’il vous faudra enlever de vos revenus la taxe foncière, les éventuels frais d’agence et des frais d’entretien du bien. Sans oublier que vous pourriez être amené à payer des impôts sur le revenu sur les loyers touchés.

Trouver des sponsors

Et pourquoi pas vous faire payer tout ou partie de votre voyage par un tiers ?

Certains font appel à des entreprises pour financer leurs aventures. Avec des organismes dans le tourisme, il est possible de se faire payer un voyage complet tout inclus (transports, hébergement, repas, activités). Leur but dans ce cas est d’obtenir de la visibilité pour les destinations qu’elles promeuvent : ils attendront donc qu’en échange vous parliez de votre voyage sur votre blog et sur vos réseaux sociaux. Ce type de partenariat se noue généralement sur des salons comme celui des blogueurs voyage de Bruxelles.

Vous pouvez également faire appel à des entreprises pour vous sponsoriser sur du matériel (équipement de randonnée, vélos, camping-car…) ou sur des pièces ou de la main d’œuvre. C’est le cas par exemple de la famille nomad roads partie pour un tour du monde de 10 ans qui a le soutient de 2 entreprises pour les pièces détachées et la tente de toit de leur 4×4. De la même manière, ce type de partenariat est rarement philanthropique : les entreprises exigeront une visibilité pour leur marque sur vos supports de communication.

Il n’y a pas que les entreprises qui peuvent vous sponsoriser ! Certains font appel à la générosité de leurs proches (et des proches de leurs proches, etc.).

Vous pouvez directement faire un appel aux dons (uniques ou mensuels) sur votre blog. C’est la solution retenue par la famille Coste par exemple. Vous pouvez également organiser une campagne de crowdfunding (ou, en bon français : « financement participatif ») sur des sites comme ulule ou kisskissbankbank.

Vous pouvez aussi « vendre » quelque chose pour que le soutien de vos proches ressemble moins à un don. La famille des Six en route par exemple éditait un petit journal mensuel au format papier pour parler de leurs aventures et des pays traversés contre un abonnement annuel. Leurs proches restés au pays s’occupaient alors de l’impression et de la distribution.

Faire des économies

Mettez de côté chaque mois une somme et tenez-vous-y. Vous pourrez ainsi planifier votre départ dans quelques mois ou années.

Vous vous priverez certainement un peu au quotidien, mais le jeu en vaut la chandelle non ? Puis avez-vous vraiment besoin du dernier I-truc ou de ce super robot qui fait à manger à votre place ? 😉

Bon, l’inconvénient majeur est que cela repousse à très loin ce fameux voyage. Si loin que vous perdrez peut être votre but en cours de route…

Voyager gratuitement (ou presque)

On trouve sur Internet de nombreux témoignages de globe-trotters qui vivent avec presque rien. Ils voyagent en stop, en vélo ou à pied, logent chez l’habitant ou bivouaquent dans la nature, se nourrissent de ce qu’on leur donne ou de ce qu’ils trouvent dans la nature.

Voilà sans doute la vraie aventure ! Mais cela me paraît très compliqué avec des enfants…

Pour voyager quasi gratuitement en famille, il y a une solution à laquelle de nombreuses familles ont recours : le camping-car. Il permet d’éviter des frais d’hébergement et de pouvoir se faire à manger. Donc une grosse économie puisque les plus grosses dépenses en voyages sont les hôtels et les restaurants. Bien sûr, il reste le coût non négligeable du carburant. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas voyager très lentement pour minimiser ce coût ?

Que ce soit en famille ou en solo, il existe des solutions pour loger chez l’habitant gratuitement. Couchsurfing est le service le plus connu, mais un petit nouveau a fait récemment son apparition : TalkTalkBnb. Ce service permet d’être logé gratuitement chez des personnes apprenant une langue étrangère en échange de discussions dans cette langue avec votre hôte.

Il y a également la solution de l’échange de maison. J’avoue que cette idée ne m’avait pas effleuré l’esprit, c’est la famille family globe exchange qui me l’a soufflée. Allez voir leur site pour en savoir plus. Je trouve leur projet vraiment sympa et original.

Une dernière solution pour voyager gratuitement, mais également plus adaptée à des personnes sans enfant : le wwoofing. Sous cet acronyme rigolo se cache une idée géniale : en échange d’un peu de travail, vous êtes logé, nourri, blanchi. En général, ce sont des fermes (le plus souvent bios) qui font appel à des volontaires. Attention tout de même aux abus, j’ai lu ici et là que certains patrons peu scrupuleux usaient de cette solution uniquement pour obtenir de la main-d’œuvre pas chère.

Et nous, comment fait-on pour financer nos voyages ?

J’ai revendu il y a un peu plus d’un an les parts de la société que j’avais cocréé presque 10 ans auparavant. Le fruit de cette vente nous permet de vivre et voyager pour quelque temps, mais comme la solution de la vente d’une maison, cela aura une durée limitée.

Pour pallier à cela, j’ai dans la foulée de cette vente monté une nouvelle entreprise avec une structure plus légère. Pas de salariés : je travaille désormais seul en tant qu’autoentrepreneur. Enfin, seul pas tout à fait : je fais régulièrement appel à des free-lance pour des tâches précises au coup par coup.

Ma nouvelle activité est dans l’édition de sites web. C’est-à-dire que je crée des sites, j’assure leur promotion et je me rémunère sur la publicité. Autant dire que c’est un job que je peux faire de partout (tant qu’une connexion Internet est disponible) et quand je le souhaite (je ne travaille pas pour des clients, donc pas de timing à respecter).

Et pour ceux qui se posent la question : non je ne fais pas dans la vente de drogue, le porno ou les jeux en ligne 😀 . Ce serait certainement très lucratif, mais je suis plus à l’aise de traiter des voyages qui est la thématique principale de mes activités en ligne.

Et si ça foire ? Eh bien, nous sommes pleins de ressources. Nous trouverons des solutions en cours de route. Quitte à ramasser des fraises en Australie ! Mais maintenant que nous sommes lancés, impossible de faire marche arrière ! 🙂

Et vous, comment financerez-vous votre tour du monde ?

Vous l’aurez compris, lorsque l’on souhaite voyager, que ce soit pour quelques mois, quelques années ou pour la vie, il y a toujours des solutions.

Ce n’est évidemment pas facile de tout plaquer sans savoir exactement de quoi demain sera fait. Mais c’est aussi excitant ; c’est l’aventure !

Bien entendu, ce n’est pas la même chose de voyager seul (ou en couple) qu’avec des enfants. Il faut leur assurer un confort minimum : un endroit pour dormir et de la nourriture pour manger. Donc, il faut assurer un minimum ses arrières. Mais cela ne doit pas être non plus être une excuse pour repousser sans cesse ce grand voyage qui vous fait tant rêver…

Une réaction ou un avis sur cet article ? ⬇ Postez un commentaire ⬇

Cet article vous a plu ? Suivez nos aventures sur facebook et youtube :

Cliquez ci-dessous sur J'aime cette page pour vous connecter à notre page facebook et recevoir de nos nouvelles (articles du blog, photos de voyage, conseils pour voyager en famille, etc) et/ou sur le bouton Youtube (pour recevoir nos vidéos de voyage). À tout de suite !

Tags :

Qui est l'auteur de ce formidable article ?

20 commentaires ou avis éclairés ;-)

  1. Jérémy Répondre
    • Tony Répondre
  2. Cath Répondre
    • Tony Répondre
    • Tony Répondre
    • Tony Répondre
    • Tony Répondre
    • Tony Répondre
    • Tony Répondre
  3. Grâce Répondre
    • Tony Répondre
  4. Nathalie Répondre
  5. DeL Répondre
    • Tony Répondre

Un commentaire ? Un avis ? Une déclaration ? :-)

Partagez cet article :

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic à vos amis :