Avantages et inconvénients du mode de vie nomade selon 11 familles [partie 4/4]

Pour ce dernier épisode de cette série d’articles consacrée à 11 familles nomades, j’ai demandé à ces familles de me dire quels sont selon eux les avantages et les inconvénients de ce mode de vie.

Sans grande surprise (pour moi en tout cas), un avantage qui revient régulièrement dans ces interviews est l’immense liberté que procure ce mode de vie. Avec cela, il y a aussi l’idée de pouvoir prendre son temps : prendre le temps de rencontrer l’autre, prendre du temps pour soi et prendre du temps avec ses enfants.

Côté inconvénients, le fait d’être loin de ses proches et la difficulté parfois d’établir des liens sont souvent cités, mais chaque famille voit les choses différemment comme vous pourrez le lire dans l’interview croisée ci-dessous.

Finalement, ce mode de vie – comme tout mode de vie – est loin d’être parfait, mais pour ces familles il semble y avoir (pour l’instant) plus d’avantages que d’inconvénients à vivre de la sorte. C’est pour cela qu’elles continuent à vivre sur la route sans date prévue de retour !

À présent, je vous laisse entre les mains de nos 11 familles nomades. Bonne lecture 🙂

Interview croisée des 11 familles nomades

Quels sont les avantages de ce mode de vie selon toi ?

Pour nous, le principal avantage de ce mode vie est la liberté géographique. Cela nous permet d’avoir accès à une diversité incroyable, que ce soit en termes de paysages, mais aussi de personnes rencontrées. Les expériences personnelles et familiales sont très enrichissantes, et nos liens familiaux encore plus soudés.

Max et Clem
www.leszed.com

Pour moi… je dirais tout, je me sens vivre tous les jours, je vis à fond la caisse, avec des idées plein la tête, un sentiment d’être libre dans cette magnifique planète qu’est notre terre.

Marie-Claude
www.les3moustiquaires.net

La liberté !
Nous avons une (presque) totale liberté de mouvement. Du moins, sur le continent. Il y a beaucoup d’endroits à découvrir par les routes avant de nous frapper à un cours d’eau trop important à traverser en traversier avec notre motorisé.
Si nous voulons prendre l’avion, nous avons uniquement à laisser notre motorisé quelque part pour le rejoindre ensuite. Nous n’avons plus d’attaches matérielles à un endroit en particulier… tout ce qui nous reste, ce sont des attaches émotives.

Mélissa
www.zenroots.com

Muriel : Liberté, moins de stress, enrichissement personnel, dépassement de soi... Il y a tant à gagner !
Christophe : C’est une expérience familiale exceptionnelle où se conjuguent découverte de l’altérité, affirmation de soi et esprit d’équipe. C’est également une sensation rafraîchissante que de se sentir libre de vivre où l’on souhaite, et le temps qu’il nous plaît.

Muriel et Christophe
www.agotrip.com

Le plus gros avantage c'est la liberté et l'autonomie, plus de factures et personnes pour nous dire ce que nous devons faire ou ne pas faire. Nous respectons chaque pays et leur culture, nous nous adaptons à leurs us et coutumes et en retour ils nous font partager leur vie. Même si des fois c'est un peu difficile, nous ne regrettons pas ce mode de vie.

Greg
www.nomadsroad.com

La routine n’existe pas lorsque l’on est une famille nomade digitale !
Nous restons dans un logement de 1 à 3 mois. Notre « chez nous » n’est jamais le même. Nous n’avons pas le temps de nous créer des habitudes, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel.
Notre espace de travail est différent chaque mois.
Les petites choses banales telles qu’aller à la pharmacie, à la Poste ou faire ses courses prennent une dimension différente avec ce mode de vie. C’est un perpétuel recommencement qui pimente notre quotidien.
Cela nous oblige à nous dépatouiller pour parler quelques mots dans la langue du pays où nous sommes parce que tout le monde ne parle pas français ou anglais.
Depuis le début de notre vie nomade, nous n’avons aucun mal à nous adapter à notre nouvel environnement. Et pour vraiment s’imprégner du lieu où l’on séjourne, rien de tel que de se renseigner sur le mode de vie des locaux, leurs habitudes, la gastronomie, les lieux qu’ils fréquentent.
Cela nous permet de nous fondre plus facilement et de ne pas être des touristes, mais une famille presque comme les autres.
Un peu comme une famille d’expatriés, mais à très court terme.

Christine
www.famille-nomade-digitale.com

L’avantage majeur est d’avoir du temps et le choix. De pouvoir se demander ce dont nous avons envie, d’aller là où les opportunités nous guident. Passer du temps de qualité en famille est aussi un énorme élément positif. Nous découvrons nos enfants, eux nous découvrent et nous nous découvrons nous-mêmes à travers ces expériences.

Geneviève
www.roulersavie.com

J’ai réfléchi longtemps à cette question. La réponse facile est la liberté ! Mais au-delà de ça, il y a que nous ne voulons pas oublier à quel point ce qui compte le plus pour nous c'est de vivre notre vie!
Comment expliquer que nous ne sommes pas soumis au Métro-Boulot-Dodo ? Les gens payent une grande maison qu'ils n'habitent presque pas. Ils ont des enfants qu'ils ne voient pas, se lèvent chaque matin pour un travail qu'ils n'aiment pas, espèrent des vacances dont ils ne profitent pas. Et ils oublient le plus important : être heureux, avoir du plaisir.
Sans compter que voyager en famille nous permet de profiter de chaque instant AVEC nos enfants. Nous gardons le plaisir de jouer. On s'émerveille devant la beauté. Nous n'oublions pas que la vie est faite de rire et de joie. Et c'est l'exemple que nous voulons donner à nos enfants. Nous voulons profiter d'eux. Les voir grandir et leur offrir le pouvoir d'être libre à leur tour.

Nathalie
sixnomades.blogspot.ca

Encore une fois la liberté, la variété, on ne s’ennuie jamais quand les paysages à notre fenêtre ne sont jamais les mêmes
On apprend aussi l’humilité, devoir accepter que l’on nous aide quand nous sommes dans une vraie galère n’était pas évident pour nous.
On devient aussi plus tolérant et ouvert, le fait de ne pas regarder la télévision et de voir les choses de nos yeux change la vision de la réalité que nous pouvions avoir.
Les rencontres nous font grandir, émotionnellement, intellectuellement, nous aident à avancer dans notre vision de l’éducation positive et bienveillante que nous souhaitons donner à notre fille.
Ce mode de vie nous aide à avancer sur notre envie de minimalisme et de simplicité.
Et puis plus de loyer à payer 🙂

Julie
www.kangooblog.fr

La liberté, l’adaptation, la richesse des rencontres et des lieux. La magie de la vie qui opère sous nos yeux chaque minute et chaque instant. La découverte que chaque problème à une solution, la plus folle soit-elle. Et donc qu’il n’y a pas de problème.
La découverte que TOUT ne dépend que de NOUS. Qu’il suffit de le rêver pour le réaliser.

Yannick
www.mytae.fr

C’est un mode de vie stimulant et excitant. Nous avons besoin de stimulations permanentes. Je m’ennuie très vite et ne supporte pas la routine du quotidien. Son grand avantage est donc de me permettre d’être moi, de vivre réellement, de rester en équilibre et pleine d’énergie. Il nous permet aussi de faire de belles rencontres et d’être gâtés par la vie. Il nous donne le sentiment d’être libres et maîtres de notre destin. Il stimule notre créativité. Je passe aussi presque tout mon temps avec Sacha. Je le vois grandir chaque jour, s’émerveiller, jouer et trouver tout à fait normal de dormir n’importe où. Alors, certes, il nous arrive de ne plus pouvoir nous supporter à force, mais quelle chance de ressentir ce lien.

Laurence
www.partispour.com

À l’inverse, quels sont les inconvénients de ce mode de vie ?

Ce mode de vie crée bien évidemment un certain éloignement avec le reste de la famille ou les amis initiaux. Mais c’est parfois pour mieux se retrouver …
Ne plus avoir son propre chez-soi peut aussi parfois être frustrant ou inconfortable :
- Clem - qui adore cuisiner - est parfois frustrée face au manque d’ustensiles des locations (on a souvent des fours, mais aucun plat compatible).
- La qualité de la literie est toujours très variable selon les logements, et quand on a certains soucis de santé, cela peut vite devenir assez gênant.
- Ou la fois où nous sommes restés plusieurs mois dans une maison avec un grand jardin de 1500m2, mais sans aucune tondeuse à disposition pour l’entretenir...

Max et Clem
www.leszed.com

Pour mon conjoint et mon fils, je dirais qu’à l’occasion je sens qu’il leur manque la stabilité d’une maison… Quand je sens ce désir, je m’efforce de nous louer une maison ou un appartement pour un minimum d’un mois, et là, on se fait notre petite routine, et normalement après cette période, les deux ont envie de reprendre la route… Il faut comprendre que nous sommes 3 personnes 24hres/24, 7 jours/7 ensemble, il est donc évident que nous n’avons pas toujours les mêmes besoins, il faut donc être à l’écoute et se respecter tous et chacun.

Marie-Claude
www.les3moustiquaires.net

Ne pas avoir de communauté autour de nous. En bougeant toujours, c’est parfois difficile d’établir des liens.

Mélissa
www.zenroots.com

> Pour aller plus loin, lisez l’article de Mélissa : Avoir du monde autour.

Muriel : On se doit de s'adapter dans chaque pays. Quand on perd ses repères, il y a toujours un temps d'adaptation qui reste inconfortable. Le manque de la famille, des amis chers, malgré Skype, ne remplace pas les moments partagés.
Christophe : La sociabilisation des enfants est plus difficile bien qu’elle appelle au développement d’autres moyens de communication que celle de la parole.
Pour travailler, ce n’est pas simple. Vivre à 4 constamment n’aide pas à développer une activité dans les meilleures conditions, car vous êtes souvent sollicité pour sortir ou jouer :). Aussi, je travaille peu l’après-midi et plus le soir...enfin quand je ne suis pas crevé de notre journée!

Muriel et Christophe
www.agotrip.com

La plus grande difficulté de ce mode de vie est de devoir se réadapter en entrant dans le pays suivant; mais cela fait partie de notre choix de vie. Il y a un inconvénient encore plus contraignant, les visas; leur coût bien sûr, mais surtout leurs délais de validité bien souvent trop courts, sans parler des difficultés d'obtention pour certains.

Greg
www.nomadsroad.com

Je dirai que c’est un peu plus compliqué de se lier réellement avec des gens en raison de la durée assez courte de nos séjours. Un mois cela passe très vite. Il faut oser dépasser la barrière de la langue, sortir de sa zone de confort, parler à des inconnus. Comme nous sommes timides, cette vie nous apprend à nous dépasser.
Nous avons fait des rencontres marquantes en 3 ans, même si nous ne reverrons jamais certaines d’entre elles.
Et puis, il y a des personnes avec qui vous restez en contact grâce à la magie d’internet et que vous revoyez lors d’un prochain séjour.
Comme ce fut le cas en 2014 en Andalousie. Des liens se sont créés, des liens très étroits, familiaux même, avec une famille espagnole. Nous y sommes retournés un an après et il y a de fortes chances pour que ce soit encore le cas en 2017. Ce sont désormais nos cousins espagnols.
.
Finalement, ce qui pourrait être au départ un inconvénient peut se transformer en un avantage : la rareté de ces rencontres leur confère au contraire une dimension incroyable. Ces rencontres sont précieuses lorsque l’on voyage ainsi et nous avons vécu tellement plus de moments simples, mais magiques depuis que nous sommes partis…

Christine
www.famille-nomade-digitale.com

Pour l’instant nous en voyons peu… Peut-être le fait d’être toujours en adaptation deviendra difficile. La météo nous jouera aussi certainement des tours. Ça reste à voir, pour l’instant nous sommes encore en lune de miel !

Geneviève
www.roulersavie.com

Ce n’est pas vraiment des inconvénients, plutôt des concessions. Comme notre voyage n’est pas unique, mais un mode de vie et une permanence, les plus grandes de nos concessions viennent de l’argent et de notre santé.
Ensuite, il y a bien sûr tous les petits deuils que l’on doit faire comme ne pas être là aux fêtes ou à Noël, s’ennuyer de nos amis que l’on ne voit pas aussi souvent, manquer d’espace de temps en temps ou composer avec les obligations administratives!
Peut-être aussi de ne pas toujours savoir où nous allons dormir, de se débrouiller avec les bris mécaniques et de trouver des idées quand la météo n'est pas celle que l'on souhaiterait !

Nathalie
sixnomades.blogspot.ca

Sortir du système n’est pas évident du tout, et donne quelques maux de tête. Les jours de pluie sont quelques fois difficiles et longs pour notre fille qui a besoin de bouger.
Le plus dur certains jours est de ne pas pouvoir voir nos amis quand nous le voulons vu que nous faisons un tour de France.
Ce mode de vie demande une grande organisation, rarement branchés à l’électricité, devoir trouver de l’eau régulièrement, savoir où dormir, tout peut devenir compliqué sans organisation 🙂

Julie
www.kangooblog.fr

Dans chaque mode de vie, il y a des inconvénients et des avantages. Lorsque nous subissons un mode de vie, les inconvénients sont souvent lourds, car ils accentuent une vie que nous ne voulons pas.
Lorsque nous choisissons la vie que nous voulons vivre, les avantages, bien supérieurs aux inconvénients, nous les font oublier. Bien plus, ces inconvénients sont choisis : et non subits. Cela fait une réelle différence.
Je dis toujours - et c’est ce que nous faisons - lorsque les inconvénients deviennent plus lourds que les avantages, en quelque sorte que la joie nous quitte, il est largement temps de faire autre chose ! Difficile pour moi de faire une autre réponse !

Yannick
www.mytae.fr

Ce mode de vie est assez fatigant. Et très instable. Enfin, surtout pour nous. Car nous ne savons jamais exactement de quoi demain sera fait. Les projets changent vite. Il faut pouvoir être flexible, savoir rebondir et avoir beaucoup d’énergie. Aussi, nous n’avons pas beaucoup d’intimité (ce qui nous manque le plus à tous les trois). Parfois, j’aimerais que Sacha puisse suivre des cours de musique ou d’escalade, mais nous ne pouvons pas l’inscrire dans un club et y aller une fois par semaine. Nous devons trouver une autre organisation pour satisfaire ses intérêts et sa curiosité. Et puis, pas de répit pour la maman ! Il faut pouvoir se supporter en toutes circonstances.

Laurence
www.partispour.com

C’est ainsi que s’achève cette série d’articles d’interviews de familles nomades. Vous l’aurez compris, il y a autant de façons de vivre en famille nomade qu’il y a de familles nomades ! La liberté que permet ce mode de vie se traduit de diverses façons, mais a néanmoins toujours ce point commun : l’envie de sortir du modèle de société traditionnel. En famille, le nomadisme naît aussi très souvent d’une volonté de passer du temps avec ses enfants, de les voir grandir.

À présent, c’est à notre tour, Laetitia, Éléanor et moi-même, de se lancer ! Dans 15 jours, nous serons SDF. Et dans 20 jours, nous serons dans l’avion pour l’Asie où nous vivrons nos premiers pas de famille nomade ! Si vous le souhaitez, vous pouvez suivre nos aventures d’aspirants-nomades en aimant notre page facebook.

Sommaire de la série d’articles :

Une réaction ou un avis sur cet article ? ⬇ Postez un commentaire ⬇

Cet article vous a plu ? Suivez nos aventures sur facebook et youtube :

Cliquez ci-dessous sur J'aime cette page pour vous connecter à notre page facebook et recevoir de nos nouvelles (articles du blog, photos de voyage, conseils pour voyager en famille, etc) et/ou sur le bouton Youtube (pour recevoir nos vidéos de voyage). À tout de suite !

Qui est l'auteur de ce formidable article ?

Un commentaire ? Un avis ? Une déclaration ? :-)

Partagez cet article :

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic à vos amis :